Hugo Bonneval : « On va dire que le contrat est rempli »

Hugo Bonneval : « On va dire que le contrat est rempli »©PANORAMIC, Media365
A lire aussi

Media365, publié le 20 février

Après la difficile victoire du Stade Français face à Brive vendredi soir en ouverture de la 15eme journée du Top 14, Hugo Bonneval a fait un bilan sans concession de la prestation parisienne mais se tourne aussi vers le XV de France et le match au Pays de Galles.

Hugo Bonneval, ça a été compliqué en première période puis mieux en deuxième...C'est bien résumé. Ça a été très compliqué en première mi-temps… Je crois qu'il ne faut pas sous-estimer Brive, loin de là. Ils sont bien devant nous au classement. Ils étaient dans le Top 6 ou pas loin. S'ils sont à cette place-là, c'est qu'ils le mérite et on voit encore ce soir que c'est une équipe qui pose énormément de problèmes. En tout cas, ils nous ont posé de très très gros problèmes en première mi-temps. Par chance, on va dire, cette deuxième mi-temps bascule de notre côté. Mais, sur la première, ils n'ont pas de chance car ils ont un essai qui est tout fait et où ils font en-avant. On a quelques concours de circonstance qui font qu'on n'est pas trop largués mais, c'est vrai que c'est un ouf de soulagement car c'est une période particulière. Tu rentres en club et tu te dois d'être irréprochable car c'est grâce au club que tu as la chance d'évoluer au niveau international. La moindre des choses, c'est de tout donner pour le club.

Dans la semaine, Gonzalo Quesada a parlé d'une grosse pression sur ce match, comme sur tous les matchs que vous allez disputer à la maison. Sentez-vous cette pression ?Je ne sais pas. C'est vrai qu'on est dans une situation où je n'ai pas la prétention de dire qu'on va se qualifier mais on a encore un infime espoir et on espère. C'est vrai que si on avait perdu ce soir, on regarderait largement plus vers en bas et se sauver que d'avoir la petite cerise au bout qui est presque inaccessible mais qui nous fait encore espérer. On sait que tous les matchs, ça va être comme ça. On a un calendrier un peu favorable car on va recevoir plusieurs fois mais on reçoit pendant une période délicate donc il va falloir que tout le monde soit en alerte, que ce soit quand on la chance de pouvoir jouer avec l'équipe de France ou quand on n'a pas cette chance et qu'on revient en club, il ne faudra pas se laisser abattre et, justement, tout donner avec les potes du Stade Français.

Raphaël Lakafia a déclaré que vous rameniez du sourire avec les victoires en équipe de France. Est-ce qu'il va y avoir un effet boomerang, que vous allez en sélection avec du soulagement ?Bien évidemment ! Si on avait perdu ce soir, tu pars dimanche soir à Marcoussis... C'est une autre aventure, c'est quelque chose d'extraordinaire aussi mais, c'est vrai qu'au fond de toi tu es touché car c'est grâce à ce qu'il y a ici et tes potes de club que tu as la chance d'être là-haut, tu es privilégié. Quand tu reviens ici que tu n'es pas à la hauteur, pas au niveau, tu leur chies un peu dans les bottes pour parler vulgairement. Et ce n'est pas le but, au contraire. Il doit y avoir une sorte d'émulation qui fait qu'on se tire tous vers le haut. Ce soir, on est tous très soulagés, on sait qu'on a fait beaucoup d'erreurs, qu'on a été mauvais en touche, dominés sur les fondamentaux en ballon portés, ils nous ont marché dessus. Brive, c'est une très belle équipe et il ne faut pas les sous-estimer, loin de là. Ils ont faut une énorme première mi-temps chez nous après, c'est vrai qu'avec les rentrées de Jo Danty, de Sergio (Parisse), ce sont des mecs qui apportent une certaine assise au milieu de terrain et ça peut rassurer.

Maintenant, ça va être l'équipe de France avec un énorme match en perspective la semaine prochaine...On a été focalisés toute la semaine sur ce match. On va dire que le contrat est rempli même si, sur la physionomie du match, on a de la chance en première mi-temps et on peut espérer un bonus en fin de match si on ne fait pas encore des erreurs bêtes car on fait tomber trop de ballons. On commet des fautes qui ne sont pas propres à notre jeu et si on veut mettre notre jeu en place avec le volume de jeu qu'on espère et l'intensité, on n'a pas le droit de faire tomber autant de ballon. Ça, c'est fini et, dimanche, on repart à six avec la banane de la victoire en espérant que, la semaine prochaine, quand on reçoit Grenoble, ceux qui n'ont pas la chance de jouer en équipe de France reviendront ici avec le couteau entre les dents et, sinon, on sera les premiers à supporter les copains car, pour espérer, c'est primordial de continuer à gagner.

Du coup, comment vivez-vous ça, vous n'allez pas jouer face à Grenoble mais avec l'équipe de France ?Tu le subis, tu n'as pas le choix. C'est comme ça, c'est la loi du calendrier. Les calendriers sont faits comme ça depuis quinze ans. Les internationaux avant nous ont vécu ça et s'en sont plus ou moins bien sortis. Nous, on est dans cette situation et on doit faire avec. De toute façon, on n'a pas le choix et on ne peut rien faire d'autre. Pour ceux qui jouent au Pays de Galles, on sera les premiers supporters. C'est grâce à ce qui se fait tous les week-ends avec Paris qu'on a la chance d'être là-haut et pas l'inverse. C'est sûr qu'il faut absolument supporter tes potes et faire en sorte qu'on puisse essayer de continuer à enchaîner un peu.

Pendant ce temps-là, les Gallois étaient tranquillement devant la télé ou en train de passer une bonne soirée ce week-end ?Je ne sais pas mais c'est comme ça. Ce n'est pas moi qui peux répondre à ça et ce n'est pas moi qui réussirai à changer ça. Ce sont d'autres personnes et c'est fait ainsi. Quand on est payé tous les mois par le club, on est bien content de recevoir notre salaire. On n'a qu'une chose à faire, c'est de se donner à fond tous les week-ends. Le club est aussi compréhensif, on a des plages de repos et ils arrivent à manager les semaines pour qu'on soit bons tous les week-ends, c'est ça le plus important.

 
2 commentaires - Hugo Bonneval : « On va dire que le contrat est rempli »
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]