Gonzalo Quesada : « Grenoble, une très grosse équipe »

Gonzalo Quesada : « Grenoble, une très grosse équipe »©Media365
A lire aussi

Media365, publié le 27 février

Présent en conférence de presse jeudi, Gonzalo Quesada a abordé le match face à Grenoble en espérant que son équipe fera une bien meilleure prestation à domicile que la saison passée face au même adversaire.

Gonzalo Quesada, sans langue de bois, comment trouvez-vous cette équipe de Grenoble ?Je n'ai même pas besoin de faire de la langue de bois, même si je n'en fais jamais (rires). J'ai eu la chance de voir le super match entre Grenoble et le Racing la semaine dernière. Je l'ai regardé d'un œil attentif, sachant qu'on les jouait cette semaine. Très franchement, on a toujours respecté Grenoble, mais ce Grenoble, c'est une très grosse équipe, avec un très haut niveau de Top 14. On voit bien que si on les laisse mettre leur jeu en place, ça peut être très compliqué pour nous.

Le scénario du match à domicile de l'an dernier se répète : même arbitre et même horaire de match...Une expression espagnole dit « il n'y a qu'un homme qui trébuche deux fois sur la même pierre »... On va essayer de ne pas trébucher deux fois sur la même pierre. Les scénarios sont copiés-collés. Ce sont les mêmes arbitres, en doublon. Samedi, 18h30, après avoir gagné chez eux le match aller. On va essayer cette fois de faire un meilleur match, parce que c'était Grenoble qui avait fait son match. On était passé à côté. L'arbitre avait été très bon, je ne dis pas le contraire (rires). Il n'avait rien eu à voir avec le score. J'espère qu'on fera un bien meilleur match.

Pourquoi avoir donné le capitanat à Jono Ross ?Il fait partie des joueurs que j'ai choisis, que j'ai voulu recruter depuis un mois. C'est vrai qu'il a été disponible alors que personne ne le connaissait beaucoup. C'est un jeune qui jouait aux Blue Bulls. Je me suis renseigné à l'époque. Je savais qu'il avait des qualités de leader. Il a été capitaine aux Bulls à 24 ans. Depuis qu'il est arrivé, on a compris que c'était un très bon joueur depuis deux ans maintenant. Il s'est très bien adapté. Il a appris le français, il est très apprécié par le groupe. C'est un de nos leaders de combat indiscutable. A un moment donné, quand tu te retrouves sans Sergio Parisse, Pascal Papé ou Antoine Burban, qui sont ceux qui ont porté ce brassard... Il y a un niveau de respect de ses partenaires envers lui. Avec tout le monde, on s'est dit que des quinze titulaires à ce moment-là, c'était celui qui méritait le plus cet honneur. On ne s'est pas trompé.

Le fait de voir autant d'appelés en sélection motive-t-il les autres joueurs du groupe ?Je ne fais rien. Je sens que cela doit se faire naturellement. J'imagine que tout le monde rêve de porter le maillot national. Quand on voit à côté de soi les mecs partir, ça veut dire que, même onzième au classement, les sélectionneurs gardent un œil sur nous. Ça vaut la peine de continuer à se battre. C'est un message clair pour les joueurs. C'est sûr que lorsque ceux qui sont partis en sélection reviendront, ils vont vouloir y retourner. Ils vont fournir tous les efforts qu'il faut pour y retourner. Ça fait un très bon phénomène dans le groupe. C'est très négatif quand il y a des doublons, mais ce n'est ni la faute à l'équipe de France, ni au sélectionneur, ni aux joueurs, ni à nous. C'est le calendrier qui est comme ça. C'est vraiment un gros problème, ça nous met vraiment en difficulté. On ne va pas le cacher.

 
0 commentaire - Gonzalo Quesada : « Grenoble, une très grosse équipe »
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]