Travers : " Cette Coupe d'Europe serait un aboutissement "

Travers : ©Media365
A lire aussi

Media365, publié le 10 mai

A quelques jours de la finale de la Champions Cup face aux Saracens à Lyon, Laurent Travers est revenu sur la préparation de ses joueurs dans la semaine précédant l'événement.

Laurent Travers, est-ce que vous sentez une ambiance particulière cette semaine au sein du club ?
Oui, on sent une atmosphère d'une semaine qui sort vraiment de l'ordinaire puisqu'on a quand même la possibilité de disputer une finale. Ce qu'il ne faut surtout pas, c'est faire monter la pression trop tôt et essayer d'être à l'abri de tout ça pour éviter que la finale se joue avant l'heure. Ce qui est important, c'est de la jouer à l'instant « T » et de ne pas la jouer ni avant, ni après. On a essayé de faire en sorte que les joueurs ressentent cette atmosphère mais en évitant qu'ils tombent dans l'euphorie trop tôt.

On n'a pas vu Dan Carter à l'entraînement. Pouvez-vous nous rassurer sur sa condition physique ?
Moi je l'ai vu par contre. Il était bien présent, il ne jouait pas à cache-cache. C'est un choix délibéré. Il s'entraînait normalement lundi mais, aujourd'hui (mardi), on a préféré le préserver sur certaines séquences de façon qu'il soit présent à 100% lors de la finale.

Est-ce que le quart de finale perdu face à cette même équipe l'année dernière est une source de motivation ?
Non, car le contexte est complètement différent tout comme l'ambiance même si l'arbitre sera le même. Nous sommes heureux d'être en finale mais ce n'est pas une fin en soi. Ce que l'on veut à tout prix, c'est pouvoir toucher cette Coupe d'Europe parce que ce serait un aboutissement. Il y avait beaucoup d'équipes au départ qui voulait être à notre place. On a réussi à faire ce qu'il fallait pour être sur la dernière marche, faisons en sorte de la monter et de pouvoir nous tenir dessus.

Maxime Machenaud et Laurent Travers parlaient, eux, ouvertement de revanche après la demi-finale...
On l'a eu dure l'an dernier. Ce qui est sûr, c'est qu'ils en sont sortis vainqueur et que nous on a eu du mal à digérer cette défaite car on a connu une fin de saison compliquée. Mais il ne faut pas rentrer dans cette dimension-là. Il faut rester concentrer sur ce match et pas sur celui de l'année dernière. C'est important de s'en servir tout en restant bien concentrer sur le match que l'on doit jouer pour surtout ne pas déjouer.

Ce serait aussi une récompense pour tout l'investissement qu'à consentit Jacky Lorenzetti...
Comme j'ai dit, une finale, c'est déjà extraordinaire et il n'y aura qu'un heureux. Donc essayons de l'être après ce sera une belle récompense entièrement méritée que ce soit pour les joueurs, le club et le président (Jacky Lorenzetti, ndlr). Il y a eu beaucoup d'investissement, que ce soit financier ou de la part des joueurs.

Qu'est-ce que vous redoutez chez les Saracens ?
Tout (sourire). C'est une équipe qui domine le championnat anglais de la tête et des épaules. Le week-end dernier, ils ont mis 40 points à Worcester. Si on regarde sur les 40 dernières rencontres combien ils en ont perdu, on en trouvera pas beaucoup. C'est une équipe qui est impressionnante que ce soit en termes de puissance, de vitesse, dans l'exercice des tirs au but et prend très peu d'essais. Elle est très bonne en défense et en attaque. C'est une équipe qui actuellement survole le rugby européen. A nous de faire ce qu'il faut pour contre carrer tout ça.

 
3 commentaires - Travers : " Cette Coupe d'Europe serait un aboutissement "
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]