Marc Andreu : « Les Bleus, je pense que c'est fini »

Marc Andreu : « Les Bleus, je pense que c'est fini »©Media365
A lire aussi

, publié le jeudi 25 février 2016 à 11h48

L'ailier du Racing 92, Marc Andreu, évoque la période de doublon qui attend le Racing 92 qui défie Castres samedi 20h45) au lendemain du match du XV de France face au pays de Galles. Concentré sur les objectifs de son club, l'ancien Castrais semble avoir fait une croix sur le XV de France.

Marc Andreu, vous affrontez Castres ce samedi. Est-ce toujours particulier pour vous, en tant qu'ancien du CO ?J'ai géré cette transition mais c'est toujours un match particulier. C'est le premier club avec lequel j'ai été champion. J'espère que je serai champion de nouveau. Il restera particulier à vie. Ça fait un petit moment que je suis parti. C'est une équipe où il y a un peu moins de mecs qui ont été champions avec moi qui y jouent. Le club reste particulier, mais les joueurs changent.Cette saison a bien débuté avec le Racing 92. Comment voyez-vous la suite du parcours ?On le dit souvent, mais on a un bon groupe, en qualité, en quantité. On le prouve sur le terrain parce que l'on fait des bons matchs. Pour gagner le titre, ce n'est pas le tout de faire des bons matchs. C'est surtout le dernier qu'il faut gagner. Si on arrive en finale pour ne pas gagner, ça ne sert à rien. Il faut faire des belles performances pour engranger de la confiance pour ce qui arrivera de meilleur à la fin de la saison.C'est une période particulière, puisque le premier « doublon » avec le Tournoi des VI Nations intervient ce week-end. On voit sur la feuille de match que ça ne pose pas tant de problème que cela au Racing...C'est bien pour la continuité de notre jeu, de notre confiance, également des automatismes entre nous. Des joueurs sortent, d'autres rentrent, mais il y a toujours autant de très très bons joueurs sur le terrain. C'est important de le souligner.

Les Bleus, une page qui se tourne
Personnellement, avec la blessure de Teddy Thomas, avez-vous songé à être appelé par Guy Novès ?Ça aurait pu être une possibilité mais, au bout d'un moment, il ne faut plus rien espérer. Je pense que c'est fini. Je vais faire mon jubilé l'été prochain avec Dimitri Swarzewski, j'inviterai les journalistes je pense (sourire). Plus sérieusement, j'aurais pu aider peut-être encore un petit peu. Je ne prétends pas à être un grand titulaire ou un très bon joueur, mais j'aurais pu aider. Là, je n'y pense plus.Vous n'y croyez plus du tout ?Non, la page est tournée. Je pense qu'il veut s'appuyer sur des jeunes joueurs.A l'inverse, on voit par exemple Sofiane Guitoune qui va jouer avec l'équipe de France à VII. Avez-vous été approché pour le rugby à VII ?Directement, non. Je ne sais pas non plus pour les coachs. Avec la blessure de Teddy, on n'est plus nombreux à l'aile dans l'équipe. Même s'il y avait une possibilité, le club est une priorité. On ne sait jamais sur la fin de la saison. Pour l'instant, ce n'est pas d'actualité.A Grenoble, vous avez concédé 35 points alors que vous étiez la meilleure défense du championnat. Comment comptez-vous rétablir l'équilibre ? Sur le point défensif, on a un très bon système. Ça s'est vu en Coupe d'Europe. On fait partie des meilleures équipes en défense, en Top 14 aussi. Quand on marque beaucoup de points, on en prend beaucoup aussi. Le but, c'est de gagner le match. C'est important de le dire. Quelquefois, on est hermétique. Soit on fait tout bien d'un côté et de l'autre on relâche, ou inversement. Il faut trouver le juste milieu. On ne l'a pas encore trouvé, mais ça va venir.

Le Racing, l'équipe à battre
Avez-vous l'impression que le Racing 92 est plus attendu cette saison ?Bien sûr, parce qu'on est en haut du classement, qu'on parle de nous, de certains joueurs de l'équipe un peu plus que l'autre. Tout le monde a envie de battre le Racing mais peu ont réussi à le faire. On est bien plus attendu, mais les autres équipes voient que l'on continue à avancer, engranger des points. A nous de continuer à bien travailler.Pour la deuxième saison, vous allez jouer sur les deux tableaux. Est-ce compliqué à gérer ?L'année dernière, ça a été compliqué puisque l'on s'est fait éliminer par les Saracens chez nous d'un point à la dernière minute. On a accusé le coup. On n'a pas assez oublié ce match et cela nous a portés préjudice pour la fin de saison. On a grandi par rapport à ça, je l'espère. Il va falloir penser à chaque match qui arrive. Des grosses échéances arrivent, il va falloir les gérer du mieux possible, que ce soit en Top 14 ou en Coupe d'Europe. A nous de montrer que l'on peut faire les deux. L'année dernière, on n'a pas su bien le faire.Un mot sur votre coéquipier Maxime Machenaud qui sera titulaire face au pays de Galles ce vendredi. Sentez-vous qu'il a pris une nouvelle dimension ?Max a toujours été un très gros travailleur. Dans le club, avec Juan Imhoff ou Benjamin Dambielle, ce doit être le joueur le plus travailleur du groupe, le plus assidu dans la diététique, la récupération. Il excelle dans le travail, c'est son truc à lui. On prend souvent exemple sur lui pour cela. Il travaille depuis très longtemps. Je pense que ça va commencer à payer maintenant avec ce nouveau staff de l'équipe de France.C'est un fou furieux de la diététique ?On a une diététicienne dans le club. Si elle lui dit de faire les choses comme ça, il ne va pas déroger d'un millimètre de ce qu'on lui a dit. Si ça marche, alors là... C'est sûr qu'il va foncer (sourire). C'est vraiment un gros travailleur. Si tu le suis, tu sais que tu ne vas que progresser dans tout ce qu'il fait. J'espère que ça va payer avec le nouveau staff.

 
2 commentaires - Marc Andreu : « Les Bleus, je pense que c'est fini »
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]