Avant le déplacement à Toulon, James ne veut pas regarder dans le rétroviseur

Avant le déplacement à Toulon, James ne veut pas regarder dans le rétroviseur©Media365
A lire aussi

Loic Bailles, publié le jeudi 28 septembre 2017 à 19h37

Brock James, 34 ans, l'ouvreur australien du Stade Rochelais qui a commencé la partie sur le banc le week-end dernier pour la réception d'Oyonnax, est longuement revenu jeudi en conférence de presse sur le prochain défi qui l'attend avec ses coéquipiers : un périlleux déplacement à Toulon. La saison dernière, le RCT avait éliminé les premiers de la saison régulière en demi-finale des play-offs sur un coup de génie d'Anthony Belleau.

Brock James, l'an dernier, vous avez donné la victoire à vos coéquipiers au stade Mayol grâce à une pénalité, que retenez-vous retenez de cette prestation ?
Les bons souvenirs comme les mauvais appartiennent au passé. Je n'ai pas trop envie de parler de ça. Cela ne veut pas dire qu'on va réaliser la même performance cette année. On sait qu'un match de rugby quand l'arbitre siffle, il y a toute une préparation à prendre en compte avant mais les résultats précédents n'auront pas d'influence sur ce match.

Qu'est-ce que vous évoque cette équipe toulonnaise ?
On peut parler d'un gros défi. On connait les qualités de cette équipe même si elle a changé de visage par rapport à la saison dernière. Beaucoup de joueurs avec de bonne qualités individuelles sont restés. Ils ont un jeu pour faire mal. Je ne suis pas quelqu'un qui aime beaucoup regarder dans le passé. C'était une grosse déception pour nous de perdre ce match en fin de saison dernière.

Comment jugez-vous la forme actuelle du RCT ?
Il joue un peu différemment par rapport à la saison dernière avec l'arrivée de nouveaux entraineurs mais ça n'a pas trop changé. Ils ont beaucoup de bons joueurs à tous le postes. Ils sont capables de faire ce qu'ils veulent.

Personnellement, quel regard portez-vous sur votre début de saison après une préparation tronquée par des pépins aux ischios ?
J'ai manqué tous les matchs de préparation donc c'était très frustrant. Pourtant j'étais très bien pendant la préparation, je me suis bien entrainé. Mais cela a pris plus de temps que prévu de retrouver l'équipe. J'espère que je pourrais continuer à avoir un peu de temps de jeu dans les prochaines rencontres.

Vous jouez Toulon samedi mais jusqu'à début novembre, vous allez enchainer les gros morceaux. Est-ce que cela est effrayant ?
Dans le Top 14, chaque équipe est capable de gagner sur une journée. On peut pas prendre une équipe plus légèrement qu'une autre et c'est pas vraiment le style de La Rochelle. On veut gagner chaque match et ce n'est pas parce que c'est telle ou telle équipe que l'on va changer notre manière d'aborder la rencontre. C'est une réponse un peu typique mais ici chaque semaine, on recommence à zéro pour se projeter au mieux dans le match à venir.

Est-ce que quelque chose a changé par rapport à la saison dernière à la Rochelle ?
On peut le voir au recrutement. C'est quelque chose de très positif et puis cette année on est plus exigeant envers nous-mêmes. On espère la retrouver sur le terrain. La concurrence est quelque chose de bon pour le groupe. Si tu rates un match, un gars prend ta place et fait le job, c'est important d'avoir une concurrence dans un groupe en quête de succès.

 
0 commentaire - Avant le déplacement à Toulon, James ne veut pas regarder dans le rétroviseur
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]