Escale au Racing-Métro

A 38 ans, Gonzalo Quesada est propulsé entraîneur principal du Racing. (Maxppp)

A 38 ans, Gonzalo Quesada est propulsé entraîneur principal du Racing. (Maxppp)

Comme lors de chaque période estivale, notre rédaction vous propose un tour de France des clubs de Top 14 avant le début des hostilités prévu le 17 août prochain. Focus ce dimanche sur le Racing-Métro 92 qui a tenté le pari Gonzalo Quesada. L'Argentin aura à cœur de redonner au club francilien ses lettres de noblesse, malgré son inexpérience à ce niveau.

LA SAISON DERNIERE
Tempête dans le vestiaire et sous les crânes. Jamais depuis son retour dans l’élite, le Racing n’avait vécu une saison pareille. L’irrésistible ascension des Ciel et Blanc s’est brisée dans le chaos d’une crise interne qui n’aura fait qu’empirer tout au long de ce dernier exercice. Un divorce entre l’effectif et le staff que cristallise fin novembre l’éviction d’un Simon Mannix, remplacé par Gonzalo Quesada, mais très apprécié des joueurs, et dont le sacrifice rejaillit sur les résultats d’une campagne de H Cup désastreuse, achevée à la dernière place de la poule de qualification avec notamment trois défaites à Colombes. S’il se maintient parmi les six premiers à la trêve, le groupe francilien explose à l’annonce de la rupture du contrat de Sébastien Chabal en février. Et la défiance, en réaction, du vestiaire à l’encontre du staff, et de Pierre Berbizier en particulier, finit d’embraser le club du président Lorenzetti. Dont les mesures a minima sauvent les apparences et permettent au Racing, vainqueur au Stade de France d’un véritable huitième de finale dans le derby francilien, d’accéder à un barrage, perdu à Mayol face au futur finaliste toulonnais.

LA PHRASE : "Gonzalo donne beaucoup de conseils, parle avec les mots justes. C’est vraiment enrichissant" (Par Mathieu BELIE, demi de mêlée/ouvreur du Racing, sur le site du club)

Il aura fallu attendre la fin de la saison pour que Jacky Lorenzetti prenne à bras le corps le malaise en cours, à travers son choix de promouvoir Gonzalo Quesada et de lui confier la responsabilité de l’équipe professionnelle retirée à Pierre Berbizier. "On va lui donner les clefs du camion" et "Pierre (Berbizier) pourra intervenir comme conseil, mais plus comme faiseur", annonce le président du Racing. Une promotion express pour Quesada qui en sept mois a su construire une relation privilégiée avec l’effectif et compenser ainsi son inexpérience à ce niveau, lui qui a su tout au long de la dernière Coupe du monde, au sein du staff de l’équipe de France, transcender sa seule fonction de consultant pour le jeu au pied pour, dit-on, finir le Mondial en relais précieux du staff auprès des joueurs tricolores. Une cote de sympathie et une réputation qui ont traversé les océans. "Il est très cool, posé, ne met pas de pression, est très précis dans ce qu’il dit. C’est un grand plaisir de travailler sous ses ordres", témoigne Mathieu Bélie, recrue de l’intersaison, sur le site du club. Aux côtés de Quesada, deux adjoints, l’ancien deuxième ligne et capitaine Simon Raiwalaui, bombardé entraîneur des avants au côté de l’ancien pilier argentin et australien Patricio Noriega, débauché au sein du staff des Wallabies.

LE RECRUTEMENT
La mesure qui a présidé à la composition du staff se vérifie à travers un recrutement qui, marqué par les départs d’un Frans STEYN, de retour en Afrique du Sud, et d’un Lionel NALLET (Lyon), ne manque toutefois pas de tenue avec l’apport de trois internationaux tricolores en activité. Le transfuge parisien Dimitri SZARZEWSKI n’est pas la moindre des prises opérées sur le dos du Stade Français. Le talonneur des Bleus vient renforcer une première ligne qui enregistre l’apport d’un autre Mondialiste Luc DUCALCON (Castres) et du précieux Sakiusa MATADIGO (Montpellier) au sein d’un pack dont le néo-international Maxime MACHENAUD (Agen) est prêt à prendre possession. A suivre également la progression de l’Espoir biterrois Camille GERONDEAU (Béziers) et les retours dans une grande écurie de l'ancien Toulousain Mathieu BELIE (Brive) et dans l’élite de Benjamin DAMBIELLE (La Rochelle).

LE JOUEUR A SUIVRE Maxime MACHENAUD
Auteur de ses premiers pas sous ses nouvelles couleurs du Racing-Métro 92 à l'occasion du dernier match de préparation disputé jeudi, à Béziers, face au Stade Toulousain (21-25), Maxime Machenaud, après son départ d'Agen à l'intersaison, aspire à franchir un nouveau palier chez les Ciel et blanc que le néo-international avoue, sur le site du club, avoir rejoint "pour le niveau qui est au-dessus avec notamment la possibilité de jouer la H Cup". Une ambition teintée de la plus grande humilité: "Je ne viens surtout pas en me disant que je serai numéro 1, énonce encore le demi de mêlée. L’idée est que, à chaque fois que je serai aligné, je produise une bonne performance. J’ai trop de respect pour mes coéquipiers à mon poste (...) Après, avec la saison qui nous attend, nous serons obligés de tourner à deux, voir trois".

L'OBJECTIF
Confier l’un des plus gros budgets du Top 14 à un entraîneur principal à l’expérience aussi limitée que Gonzalo Quesada ne manque pas de panache, même si l’ombre de Pierre Berbizier, élevé au rang d’éminence grise dans un rôle de Directeur général, continue de planer sur le groupe professionnel. Enorme travailleur et brillant, l’Argentin ne manque pas d’atouts pour réussir sa mission, qui lui impose toutefois de prolonger la permanence du club en phases finales depuis trois ans et de franchir un cap en H Cup. "On sait que l’on est une équipe en reconstruction, avec de nouveaux joueurs et un nouveau staff, commente-t-il sur le site du club. Même si nous avions déjà commencé à travailler dans cette configuration avec Pierre, il faut le temps de tout mettre en place, notamment au niveau des repères. Nous ne sommes pas favoris, mais comme tout le monde, nous avons notre chance. Nous allons continuer de travailler ensemble, afin mettre en place notre jeu collectif et se positionner dans le top 6 du championnat".

Pariez sur le rugby avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !

Le Sport sur votre mobile
Le Top 14 en vidéos
en images
Tombé du ciel Lavillenie dans le volcan Charge Retrouvailles Au sommet
à lire aussi