Escale à Clermont

Julien Malzieu et l'ASM espèrent décrocher un titre. (Maxppp)

Julien Malzieu et l'ASM espèrent décrocher un titre. (Maxppp)

Comme lors de chaque période estivale, notre rédaction vous propose un tour de France des clubs de Top 14 avant le début des hostilités prévu le 17 août prochain. Clermont, qui a échoué en demi-finales du Top 14 et en H Cup la saison dernière, est animé par un esprit de revanche. Et l'ASM pourra en plus compter sur Napolioni Nalaga, de retour en Auvergne.

LA SAISON DERNIERE
Peut-on qualifier une saison blanche de réussie ? C’est la question qui n’a cessé de trotter dans la tête des Clermontois pendant leurs vacances. Jusqu’à fin avril, et cette défaite cruelle en demi-finales de la H Cup à Bordeaux contre le Leinster, futur double champion d’Europe en titre (15-19), la saison de l’ASM touchait au presque parfait, seulement devancée dans la hiérarchie nationale, au jeu des confrontations directes, par le Stade Toulousain en fin de saison régulière. Une impression de puissance et de facilité balayée par sa demi-finale perdue début juin face à Toulon (12-15). "C'est probablement notre plus mauvais match de la saison... voire depuis six ans que Vern Cotter est à l'ASM", se désolait dix jours plus tard Aurélien Rougerie dans les colonnes de La Montagne. "En tout cas, c'est ma sensation. Et ça nous arrive sur une demi-finale ! On peut chercher des explications, mais les faits sont là. (…) On ne s'est pas pris pour ce que l'on n'était pas. On a juste balbutié complètement notre rugby le jour où il ne fallait pas." Et le capitaine clermontois de conclure: "Le bilan général est en effet très frustrant. On nous promettait beaucoup de choses, on se sentait très bien et à la sortie… c'est une saison blanche."

LA PHRASE : "Je suis de retour avec plein d’idées mais également beaucoup de fraîcheur" (De Vern Cotter, sur le site du club)

Frustré, comme tous ses joueurs, par l’issue blanche de la saison dernière, Vern Cotter est parti se ressourcer au pays. Le meilleur moyen d’analyser à froid ce non-match contre Toulon en demi-finale. Mais aussi de garder le contact avec ce qui se fait de mieux sur la planète rugby. "J’ai eu l’opportunité de partager et de discuter avec certaines personnes là-bas, décrivait sur le site du club le manager de l’ASM à son retour en Auvergne. Cela m’a permis de voir de quelle manière ils travaillent et me conforter dans l’idée qu’il faut continuer ce que l’on fait déjà, mais également renforcer notre jeu. C'était vraiment très enrichissant et après trois semaines je suis de retour avec plein d’idées mais également beaucoup de fraîcheur." Tout ce qui a peut-être manqué en fin de saison à son équipe…

LE RECRUTEMENT
Après un été 2011 marqué par un fort turn-over, avec notamment les arrivées de Lee Byrne, Regan King, David Skrela, Gerhard Vosloo ou Benjamin Kayser, l’ASM a décidé de jouer la continuité cet été, n’apportant que quelques retouches à son effectif. "On a décidé de renforcer ce que l’on a fait l’an dernier, mais on revient avec deux ou trois idées supplémentaires comme développer notre jeu et récupérer quelques blessés", se justifie Vern Cotter. Trois joueurs seulement viennent ainsi gonfler en ce nouvel exercice les rangs auvergnats, qu’ont quittés Alexandre Audebert et Lionel Faure, jeunes retraités, ou encore Gonzalo Canale (La Rochelle). Pour préparer la sortie programmée d’Evis Vermeulen au poste de troisième-ligne centre, Clermont a ainsi misé sur le Perpignanais Damien CHOULY (Usap), bien décidé à "franchir un palier et gagner des titres dans un très grand club". Au centre débarque l’international néo-zélandais (27 ans, 3 sélections) Benson STANLEY (Auckland), déjà très prometteur en préparation, selon Cotter. Enfin, Napolioni NALAGA (Western Force) revient pour terminer son histoire clermontoise.

LE JOUEUR A SUIVRE: Napolioni Nalaga
Un an et demi après avoir disparu sans le moindre mot d’excuse, il est de retour. Emprisonné par des conflits familiaux et plongé dans une grave dépression au début de l’année 2011, au point de se cacher au pays et de ne plus donner le moindre signe de vie, Napolioni Nalaga avait gâché par cette fuite cinq belles années à Clermont, marquées par un titre de champion de France en 2010 et 61 essais en 90 apparitions en Top 14. Revenu au jeu lors de la Coupe du monde 2011 avant de s’engager avec la Western Force, le Fidjien rêvait secrètement de réécrire la fin de son histoire avec l’ASM, envoyant même ce message au public auvergnat: "Je tiens à m'excuser auprès d'eux, leur dire qu'ils ne sont pour rien dans tout ça. Mes problèmes sont aujourd'hui derrière moi. Tout va très bien". Jean-Marc Lhermet, le directeur sportif de Clermont, n’y était pas resté insensible mais prévenait: "En cas de retour, il y aura des conditions strictes à respecter." L’ailier fidjien est prêt à s’y plier. Mais c’est bien sur le terrain qu'il il devra signer ses plus plates excuses après une saison anonyme (11 matches et deux essais) dans le Super 15 au sein d’une équipe de la Western Force il est vrai en difficultés.

L'OBJECTIF
Comment rebondir après une saison sans le moindre trophée ? "Je ne suis pas inquiet, déclarait Rougerie à La Montagne. Il va falloir insuffler de l'envie et retrouver l'enthousiasme. On va bien bosser physiquement tout le mois de juillet et on sera prêt au coup d'envoi de la saison." Sans vouloir vexer le capitaine clermontois, la question est surtout de savoir si l’ASM sera performante en fin d’exercice, là où la valeur d’une saison se décide sur un match. Une période de l’année où le club auvergnat décidera peut-être, comme semble le faire depuis des années le Stade Toulousain avec le succès que l’on sait, de jouer le Top 14 ou la H Cup pour ne pas perdre des plumes à courir deux lièvres…

Pariez sur le rugby avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !

Le Sport sur votre mobile
Le Top 14 en vidéos
en images
Tombé du ciel Lavillenie dans le volcan Charge Retrouvailles Au sommet
à lire aussi