Top 14 : On commence à y voir plus clair sur la fusion

Top 14 : On commence à y voir plus clair sur la fusion©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le mardi 14 mars 2017 à 15h25

Plus les heures passent et plus l'éclairage se fait autour de la fusion entre le Stade Français et le Racing 92 annoncée lundi par les deux présidents Thomas Savare et Jacky Lorenzetti.

Invité ce mardi du journal de France Info, Lorenzetti s'est retrouvé face à deux questions qui reviennent avec insistance depuis le séisme de lundi : cette fusion, présentée comme telle par les deux présidents, ne serait-elle pas plutôt le rachat par le Racing d'un Stade Français aux abois financièrement ? « Non, pas avaler, additionner », a maintenu Lorenzetti, sans être vraiment convaincant, avant de se pencher sur la seconde interrogation la plus fréquente : est-ce par crainte de voir le Stade Français racheté, de surcroît par de gros investisseurs, et en plus qataris, que le Racing a finalement accepté la fusion alors qu'il l'avait refusée dans un premier temps, lorsque Savare avait suggéré l'idée ? Ne niant pas que c'est bien son homologue qui lui avait parlé le premier de fusion, et non pas l'inverse (comme les deux hommes avaient tenté de le faire croire lundi lors de leur conférence de presse), l'homme fort du club des Hauts-de-Seine n'a pas exactement formulé les choses de la même façon.

Mais, certes à demi-mot, il a consenti malgré tout à reconnaître qu'en effet, la pression du Qatar n'était pas totalement étrangère à son changement de position. « La crainte de voir le Stade Français trouver une solution différente de celle de la fusion m'a interpellé, en effet, avoue Lorenzetti. « Est-ce que je me suis dit qu'il valait mieux l'avaler, plutôt que de laisser quelqu'un de plus riche récupérer le club ? Non, pas l'avaler, l'additionner, plutôt que prendre le risque de se retrouver dans une concurrence qui aurait pu être faussée. » On y voit donc plus clair après cette intervention dont on peut retenir deux points. Premièrement, c'est Savare qui avait suggéré le premier l'idée de la fusion à un Lorenzetti qui ne semblait pas du tout y penser à l'époque, ni y être plus chaud que cela. Deuxièmement, si le patron du Racing a changé d'avis, ce n'est pas pour faire plaisir à Savare ou parce qu'il s'est finalement rendu compte que la fusion était la meilleure chose qui puisse arriver aux deux clubs, mais juste parce qu'il redoutait de ne pas pouvoir lutter avec un Stade Français enrichi par les pétrodollars qataris.
 
13 commentaires - Top 14 : On commence à y voir plus clair sur la fusion
  • Les raisons évoquées par JL sont du pipeau:le Qatar se moque complètement du rugby,qu'ils ne connaissent pas et qui n'est qu'un sport régional.

  • Je pense que si le Quatar arrive le top 14 sera comme au foot (PSG ) faussé par l'apport d"argent qu'ils pourront amener DONC TOUT LES MEILLEURS JOUEURS.

  • Lapsus révélateur :"Est-ce que je me suis dit qu'il valait mieux l'avaler, plutôt que de laisser quelqu'un de plus riche récupérer le club ? Non, pas l'avaler, l'additionner, plutôt que..."Il l'a bien dit et c'est sorti tout seul, j'ai entendu son interview.
    Il nous prend vraiment pour des jambons!

  • Lorenzetti " petit " président d'un trop " GRAND "club pour lui .

  • avec cette affaire ,le rugby est en route pour perdre toutes ses valeurs;quel gâchis !!!!
    il est quand même dommage de constater ^ce que peut faire le pognon dans un sport si noble.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]