Top 14 : McCaw a dit non aux clubs français

Top 14 : McCaw a dit non aux clubs français©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le samedi 29 octobre 2016 à 14h15

Alors qu'il a mis un terme à sa carrière il y a un an après un deuxième titre mondial de suite, Richie McCaw est revenu sur l'intérêt que des clubs français lui ont porté et pourquoi il a refusé les propositions qui lui ont été faites.

Il y a un an, quasiment jour pour jour, la Nouvelle-Zélande écrivait une page de plus dans la grande histoire du rugby en devenant la première nation à conserver la Webb Ellis Cup au terme d'une finale à sens unique face à l'Australie. Capitaine des All Blacks, Richie McCaw a décidé de mettre un terme à sa carrière de rugbyman professionnel sur ce succès mais pas sans avoir été approché par des clubs européens, et principalement français. Mais le natif d'Oamaru a refusé toutes les propositions qui lui ont été faites. « Je ne m'y suis jamais intéressé jusqu'au point d'étudier la valeur financières des propositions. Je ne voulais pas me retrouver avec un contrat sous les yeux, parce que les sommes proposées m'auraient peut-être fait tourner la tête, a confié Richie McCaw à L'Equipe Magazine. En aucun cas je ne voulais que l'argent soit une motivation, qu'il pèse sur mes décisions. Jouer pour un chèque, ce n'est pas moi. Des clubs du sud de la France sont venus frapper à ma porte. Ils ont insisté... »
McCaw : « Nos mômes grandissent avec le rêve de devenir des All Blacks »
Des propositions qui auraient sans doute incité les clubs français intéressés à préférer la star néo-zélandaise à une jeune pousse française et c'est quelque chose que Richie McCaw a fustigé, surtout vu les résultats du XV de France ces dernières années. « Si un joueur étranger barre un jeune Français, l'empêche de s'aguerrir en championnat pour espérer porter le maillot de votre sélection nationale, il y a quelque chose qui cloche, tonne l'ancien capitaine des All Blacks. Cet équilibre entre votre championnat et les matches internationaux de la sélection semble très difficile à trouver. » Une formation néo-zélandaise qui n'a plus à faire ses preuves... et avec laquelle Richie McCaw fait un parallèle assez intéressant. « Je pense qu'on a une certaine cohérence depuis l'enfance, assure le champion du monde 2011 et 2015. Nos mômes grandissent avec le rêve de devenir des All Blacks et, tout au long de leur évolution scolaire, on parvient à entretenir une progression pédagogique qui permet aux meilleurs éléments de percer. Je me demande si notre système en rugby n'est pas comparable à celui du football français. » Mais pas avec la même réussite...

 
7 commentaires - Top 14 : McCaw a dit non aux clubs français
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]