Top 14 (J5) : Les déclas qui claquent

Top 14 (J5) : Les déclas qui claquent©Media365
A lire aussi

Lucas Bertolotto, publié le mardi 26 septembre 2017 à 13h31

La colère de Christophe Urios, la fierté de Laurent Marti, ou encore le réalisme de Patrice Collazo, voici le top des déclas après la 5eme journée de Top 14.

Le plus en colère : Christope Urios (manager de Castres)
« Comment peut-on réussir à gagner un match contre une équipe en pleine confiance en prenant des essais aussi facilement ? Comment réussir à gagner en faisant autant de maladresses ? Ce n'est pas possible. Être au pied du mur nous fera peut-être réagir. Surtout, il faut garder ces putains de ballons ! »
Le plus respectueux : Lucas Pointud (pilier de Toulouse)
« Je suis content de ce succès mais ça me fait aussi chier pour eux. On ne va pas fanfaronner car on les respecte. »
Le plus réaliste : Didier Casadéï (entraîneur des avants de Brive)
« On a pris un point, on décolle enfin au classement. C'est ce qu'il faut retenir ce soir. »
Le plus fier : Laurent Marti (président de Bordeaux-Bègles)
« Les joueurs sont allés chercher au fond de leurs tripes pour aller nous chercher un final un peu incroyable. Le bonus offensif contre Montpellier, on va s'en souvenir ici ! »
Le plus déçu : Laurent Labit (entraîneur du Racing 92)
« Ce match nous laisse beaucoup de regrets et de frustration. Je pense que nous avions les moyens de faire mieux et de gagner ici sur un terrain où il est rare de s'imposer. Il y a beaucoup de déception car nous avons mis les moyens pour les bousculer et faire un résultat. Si nous perdons aujourd'hui, c'est surtout de notre faute, et je ne crois pas que Clermont nous a été supérieur. C'est donc rageant. »
Le plus objectif : Patrice Collazo (manager de La Rochelle)
« Je doute qu'on mettra cinquante points à tout le monde comme je suis convaincu qu'on perdra beaucoup de matchs cette saison. »
Le plus revanchard : Simon Mannix (manager de Pau)
« En nous imposant à Agen, on a aussi montré que Pau n'est pas une équipe qui joue le maintien, mais qui joue extrêmement bien, avec tout son coeur et pour toute une ville. C'est une performance qui va faire dire que la Section est une vraie équipe de rugby. »
Le plus absent : Vern Cotter (manager de Montpellier)
« On a été surpris par la vitesse d'exécution de Bordeaux et il ne faut pas leur enlever ça. Dans l'ensemble, on a été dominé, on a reculé la plupart du temps. Mais toutes les équipes depuis le début de saison ont une journée où c'est un peu «off». On sait qu'on est passé à côté. »

 
2 commentaires - Top 14 (J5) : Les déclas qui claquent
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]