Des Bleus trop brouillons

Les Bleus ont craqué en fin de match face à l'Argentine. (Reuters)

Les Bleus ont craqué en fin de match face à l'Argentine. (Reuters)

La France a entamé sa tournée estivale en Argentine par un premier revers face aux Pumas (20-23), samedi, à Cordoba, en test-match. Face à une sélection largement remaniée, les Bleus ont paru trop indisciplinés et trop brouillons pour aspirer à un meilleur résultat. Une révolte est attendue face à ces mêmes Argentins, la semaine prochaine.

On comprendrait presque la retenue des diffuseurs. Certes le tarif était exorbitant, mais le service public ne doit pas forcément regretter de ne pas avoir mis ses billes sur cette virée argentine du XV de France. Annoncée comme un laboratoire grandeur nature par Philippe Saint-André, qui a décidé de laisser ses cadres prendre un repos bien mérité, la tournée estivale des Tricolores a commencé par un match sans passion, et une défaite, samedi, à Cordoba (23-20). Et si Santiago Phelan avait décidé d’aligner son équipe-bis, avec seulement trois joueurs à plus de dix sélections, ses jeunes Pumas ont su faire comme leurs aînés, et se jouer des Français pour s’imposer dans les tous derniers instants.

Une victoire en forme de traquenard, comme savent si bien les concocter les Argentins. Mais les Bleus peuvent s’en vouloir, tant le match est apparu à leur portée. En face, les adversaires étaient en effet loin d’être des foudres de guerre. Seul Felipe Contepomi faisait figure de patron au milieu d’une bande de jeunes loups morts de faim certes, mais limités sur la durée. Et le maestro du Stade Français a parfaitement joué sa partition, en inscrivant 13 points au pied. Juste ce qu’il fallait pour garder les Tricolores en ligne de mire, pour mieux les poignarder dans le sprint final.

Dulin convaincant à l'arrière

Un scénario presque prévisible, au contraire de l’entame de match, ratée par une équipe, certes rajeunie par les absences de Dusautoir, Clerc, Harinordoquy and co. Mais c’est Trinh-Duc, censé incarné l’expérience dans le XV de départ, qui va se mettre à la faute. Pris ballon en main, le Montpelliérain cherche à continuer son action, et envoie une saucisse directement dans les bras d’Agulla, qui ne se fait pas prier pour aller aplatir (7-3, 4e). La douche est froide, mais les faute argentines permettent à Parra de replacer les Bleus en tête des débats (7-9, 23e). Les Bleus semblent se libérer, et prennent enfin la mesure d’Argentins agressifs défensivement, mais inférieurs dans le jeu d’avants.

C’est d’ailleurs sur un ballon porté que les Tricolores lancent l’action de leur seul essai de la rencontre, signé Picamoles après un coup de pied de Trinh-Duc et un ballon volleyé par Huget (10-14, 26e). Une petite avance finalement gâchée avant le retour au vestiaire, puisque Contepomi permet aux siens de recoller (13-14, 40e). Pas de quoi démonter un XV de France bien décidé à tenter sa chance, mais finalement incapable de passer le rideau défensif adverse, par manque de préparation, notamment avec ses avants (13-20, 53e). Et à force de gamberger, et de s’empaler sur la muraille ennemie, l’inévitable finit par se produire.

Alors que Michalak semble donner un peu de vie au jeu offensif de son équipe, Ouedraogo tombe le ballon, et c’est Montero qui se fait un plaisir d’offrir un cinquième succès argentin de rang à la maison, face aux Français (23-20, 78e). La fin est certes cruelle, mais difficile de dire que les Bleus méritaient beaucoup plus la victoire. Pour ce qui est des enseignements, ils ne seront pas nombreux. "PSA" peut toutefois se satisfaire des belles copies rendues par Dulin à l’arrière, ou Lauret en troisième-ligne. Pour le reste, la revanche prévue la semaine prochaine à Tucuman, ne sera pas de trop pour en apprendre plus...

Pariez sur le rugby avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !

Le Sport sur votre mobile
Le Top 14 en vidéos
en images
Tombé du ciel Lavillenie dans le volcan Charge Retrouvailles Au sommet
à lire aussi