W. Lauret : " Les Saracens marchent sur tout le monde "

W. Lauret : " Les Saracens marchent sur tout le monde "©Media365
A lire aussi

Rédaction Sport365, publié le jeudi 12 mai 2016 à 11h41

Le Racing 92 a rendez-vous avec l'histoire ce samedi (17h45). Les Franciliens affronteront les Saracens en finale de Champions Cup pour décrocher un premier titre européen. Wenceslas Lauret prépare ce match sereinement compte bien s'appuyer sur le soutien du public présent en nombre à Lyon.

Wenceslas Lauret êtes-vous excité ou concentré avant cette finale ?

Excité, oui c'est vrai. Concentré, il le faut car on aborde un gros tournant de la saison, une première finale pour le club, en plus en Coupe d'Europe. Donc tout le monde est impliqué et appliqué dans ce que nous devons faire. Nous avons hâte de jouer ce match. Je suis comme tout le monde, je suis au maximum de ma concentration possible afin que je puisse donner pour essayer de venir à bout de cette équipe et surtout être le plus performant possible. Après nous savons que la saison n'est pas terminée et elle ne le sera pas quel que soit le résultat. Déjà, il y a le match qu'il faut appréhender et c'est vrai que cette semaine est très importante.

Anticipez-vous le fait d'affronter une grosse troisième ligne ?

Non, pas du tout. Mais nous savons que chacun a un rôle à jouer. Nous savons qu'en face ce sont des pénibles donc il va falloir les contrecarrer. Il y aura quand un match dans le match même si ce n'est pas ça que nous visons. Il faut que chacun soit impliqué dans son rôle et qu'il le fasse le mieux possible.

Et puis, ça sera important d'arrêter Billy Vunipola...

Il fait avancer son équipe des Saracens mais aussi l'Angleterre, donc nous savons que quand il a le ballon il faut qu'il y ait un joueur dessus voire deux car il arrive à chaque fois à faire des« offloads. » Il va falloir le prendre dès qu'il touche le ballon et éviter de le laisser jouer. Il y a lui et les autres aussi car il y a aussi Itoje qui est un joueur de ballon également. Leurs centres aussi sont pas mal. Il y a beaucoup de joueurs qui font avancer l'équipe. Ma mission à moi sera de stopper les joueurs que je rencontrerai en face de moi et du mieux possible.

Sens-tu de l'attente autour du Racing 92 pour enfin gagner un titre ?

Oui quand même (sourire), je ne vais pas dire le contraire. Cela fait des années que le président injecte financièrement que ce soit pour des structures ou des joueurs. Forcément, il faut des résultats car je ne connais pas de personnes qui mettent de l'argent sans résultat. Il y a de la pression que ça soit de sa part ou de notre part. Nous aussi, nous avons envie de lui faire plaisir et de nous faire plaisir, ce qui est normal. Il faut que ce soit une pression positive. De toute façon, nous avons tous hâtes de peut-être gagner un titre ensemble. C'est ce qui nous donne envie d'avancer.

Lauret : « Nous sommes à domicile »

Avez-vous plus de pression du fait de jouer en France ?

Pas du tout. C'est une pression d'un match comme celui-ci, une finale. Et une finale ça se joue pour gagner et non pour perdre. Ayant déjà perdu une finale, je sais que c'est ultra dur d'en perdre une. Il vaut mieux la gagner, sinon cela ne sert à rien et on a de très mauvais souvenirs. Le public sera français principalement. Donc on peut dire que nous sommes à domicile, en plus en France. Nous aurons un peu plus de soutien et d'ampleur sur ce match-là par rapport à la fréquentation qui sera au stade.

Avoir fait tourner le week-end dernier peut se révéler important pour ce genre de match ?

Je pense. Autant l'an dernier, j'avais pour ma part beaucoup joué, autant là cette année j'ai pas mal tourné. Du coup physiquement, je me sens mieux. Le fait d'avoir un effectif un peu plus ample et plus diversifié permet de jouer sur les deux tableaux et d'aligner deux équipes différentes.

Quel souvenir gardes-tu du quart de finale perdu face à cette même équipe des Saracens ?

On aurait dû gagner ce match. Nous faisons une faute stupide à la fin. Même si le score était serré, nous avions la main sur le jeu face à cette équipe. Cette faute nous met en difficulté. Ensuite, nous prenons trois points et nous perdons le match. Cette année, c'est une autre équipe que nous aurons en face. Nous savons que les Saracens marchent sur tout le monde, qu'ils ont dominé leur championnat et qu'en Coupe d'Europe, ils n'ont perdu aucun match. Cela va être un gros défi. Nous allons voir si nous sommes à la hauteur de ce défi.

Est-ce important d'avoir Chris Masoe et des All Blacks dans l'équipe ?

Il (Chris Masoe ndlr.) n'a pas la forme d'un vieillard en tout cas. On peut dire qu'il est encore vraiment impactant sur le terrain, c'est le mot exact. C'est très bien (d'avoir des Néo-zélandais ndlr.) car ils ont de l'expérience. Ils ont tous gagné des titres. Donc par rapport à cela, ils ne peuvent que nous apporter.

Suite à ce qu'a dit Ronan O'Gara, pensez-vous que le Racing 92 a le meilleur potentiel d'Europe ?

C'est mon coach, je ne vais pas dire le contraire (rires). S'il le dit, c'est qu'il y a une part de vérité. Après à nous sur le terrain de montrer qu'on a le potentiel car nous sommes des acteurs du terrain et qu'on peut aller plus loin en gagnant ce match ce week-end.

Quel est le rôle de Dan Carter dans cette finale ?

Tout le monde le connaît, moi je joue avec. Nous connaissons les exploits qu'il a réalisé avec les Néo-zélandais à la Coupe du monde. C'est grâce à lui qu'ils reprennent l'avantage sur la finale. C'est un joueur de talent et qui sait comment gérer le jeu. Donc il sera quand même essentiel. Sur nos temps faibles, il sera important pour restructurer et pour repartir de l'avant.

 
0 commentaire - W. Lauret : " Les Saracens marchent sur tout le monde "
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]