Paris, des sueurs froides puis un festival

Paris, des sueurs froides puis un festival©Media365
A lire aussi

Raphaël Brosse, publié le vendredi 19 mai 2017 à 20h16

Bousculés en première période, les Parisiens ont ensuite accéléré pour largement battre Cardiff (46-21) ce vendredi en barrages de Champions Cup.

Non qualifié pour les phases finales de Top 14, le Stade Français aurait pu partir en vacances la semaine dernière, après avoir décroché le premier titre européen de sa carrière, en Challenge Cup face à Gloucester (17-25). Mais les Parisiens, septièmes de la saison régulière, doivent effectuer des heures supplémentaires et disputer des barrages de Champions Cup. A la clé : le dernier ticket disponible pour participer à l'édition 2017-2018 de la « grande » Coupe d'Europe. Opposés à Cardiff, septième de Pro 12, les hommes de Gonzalo Quesada débutent la rencontre sur de bonnes bases. Morné Steyn ouvre le score sur pénalité (3-0, 8eme). Mais la physionomie s'inverse ensuite radicalement. Très joueurs, les Blues relancent presque tous les ballons à la main au lieu de se dégager au pied. Une audace qui s'avère payante, car Macauley Cook (19eme) et Nick Williams (24eme) inscrivent deux essais coup sur coup (3-14, 24eme). Sonnés, les Parisiens sont friables défensivement et commettent des fautes de main lorsqu'ils se retrouvent en situation intéressante. Waisea Vuidarvuwalu parvient toutefois à réduire le score (10-14, 32eme) mais c'est bien Cardiff qui vire en tête à la pause.
Six essais marqués en deuxième période
Les joueurs de la Capitale semblent bien décidés à rapidement inverser la tendance et attaquent le second acte pied au plancher. Ils sont récompensés par un essai de Giorgi Melikidze, qui redonne l'avantage aux siens (17-14, 42eme). Métamorphosé, le Stade Français saute à la gorge de son adversaire et maintient une pression constante. Mathieu De Giovanni creuse l'écart (24-14, 50eme) imité de fort belle manière quelques minutes plus tard par Sekou Macalou (29-14, 60eme). Après avoir essuyé de violentes vagues roses, les Blues reprennent du poil de la bête. Cook s'offre un doublé en concluant une superbe action collective, marquée par une subtile passe au pied de Gareth Anscombe et un ballon judicieusement boxé en retrait par Williams (29-21, 62eme). Les locaux ne sont cependant pas désarçonnés par cette réaction galloise et tuent définitivement le match grâce à deux essais en contre signés Macalou (66eme) et Laurent Panis (41-21, 70eme). Clément Daguin donne encore plus d'ampleur au succès parisien (46-21, 75eme). Volontaires et inspirés en première période, les Gallois ont ensuite craqué physiquement. Le Stade Français en a profité pour faire le spectacle et s'adjuger un large succès. Le club de la Capitale devra disputer un dernier match de barrage à l'extérieur, soit à Northampton, soit au Connacht. Après, et seulement après, il sera temps de songer aux vacances...

 
0 commentaire - Paris, des sueurs froides puis un festival
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]