Challenge Cup : l'UBB méfiante

Challenge Cup : l'UBB méfiante©Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, publié le jeudi 12 octobre 2017 à 17h12

Bien partie en Top 14, l'Union Bordeaux Bègles (5eme du Championnat) s'apprête à entamer la Challenge Cup, vendredi, avec un déplacement périlleux en Sibérie pour y affronter Eniseï STM.

L'Union Bordeaux Bègles réalise son entrée vendredi dans la Challenge Cup. Sur la lancée de trois succès consécutifs (30-27 contre Toulon, 39-9 à Oyonnax et 41-17 devant Montpellier) en Top 14 où il occupe la 5eme place après sept journées, le club bordelais entend confirmer sa belle entame et prendre un bon départ dans la compétition européenne. Eniseï STM, lauréat du dernier championnat russe, l'y attend dans la poule 1. Un match délicat en Russie où de la neige est annoncée avec une température comprise entre 0 et 2 degrés (coup d'envoi à 15 heures, heure locale, 10h00 en France).
Chalmers : « C'est lourd devant »
« C'est une équipe très solide, ce qui est dans les gênes du pays. Beaucoup de combat, beaucoup d'agressivité. C'est une équipe qui monte très fort, qui va venir nous agresser. On est prêts à ça, à subir beaucoup de combat », a souligné Matthieu Jalibert qui fera partie des joueurs ayant effectué les 7600 kilomètres et 18 heures de trajet (train jusque Paris puis deux avions pour rallier Moscou et Krasnoyarsk en Sibérie). « Ils manquent peut-être un peu de technique mais on sait ce qu'ils vont nous opposer. C'est lourd devant », prévient de son côté Hugh Chalmers qui sera également titularisé au sein d'une équipe largement renouvelée. En 12 matchs de Challenge Cup, Eniseï STM en a remporté 4, dont un succès face au CA Brive en 2015-16.
Jalibert : « Hâte d'y être et de goûter à ça »
Jalibert a en tout cas hâte d'y être et de justifier la confiance du staff aquitain placée en lui. « Je vais commencer en dix. C'est bien pour moi, ça va me permettre de montrer ce que je sais faire à mon poste, confie le jeune élément de 18 ans. Je suis content, les entraineurs me font confiance, à moi de confirmer les espérances qu'ils ont en moi. Quand on est lancé dans le grand bain, on a forcément envie de montrer ce qu'on sait faire. » Existe-il un risque, du coup, de surjouer ? « Non, je ne pense pas, a répondu Jalibert. On est là pour apporter un plus, surtout pour jouer pour l'équipe. Ce sont des matchs très importants pour nous montrer, pour montrer ce qu'on sait faire et pour acquérir de l'expérience avec le groupe. C'est des matchs avec de la pression, mais sans trop non plus. Je n'ai qu'une hâte : d'y être et de goûter à ça. » Y a plus qu'à.

 
0 commentaire - Challenge Cup : l'UBB méfiante
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]