Toulon aux deux visages

Matt Giteau élu homme du match avec à son actif deux des six essais de la victoire contrastée du Rugby Club Toulonnais.

Matt Giteau élu homme du match avec à son actif deux des six essais de la victoire contrastée du Rugby Club Toulonnais.

Le Rugby Club Toulonnais, co-leader du Top 14, mais laborieux dans le jeu, a entamé la défense de sa Coupe d’Europe et signé une mi-temps référence aux dépens de Glasgow, le leader de la Ligue Celte balayé (51-28) dimanche, à Mayol. Mais la seconde période totalement à l’avantage des Ecossais pose question…

Ça, c’est Toulon ! "C’est ce qu’on voulait faire. Vu nos dernières prestations, on voulait faire plus de jeu pour prendre du plaisir." L’Europe a repris ses droits sur la Rade après neuf journées d’un Top 14 qui, si elles ont permis de placer le club varois en tête du classement, n’ont convaincu personne sur le jeu pratiqué par l’équipe de Bernard Laporte. Le Rugby Club Toulonnais avait besoin d’un match référence : Maxime Mermoz et ses partenaires l’ont trouvé en partie à l’occasion du coup d’envoi de la défense de cette H Cup au contact de laquelle les Mermoz, Giteau, Armitage et autre Botha ont semblé revivre.

En partie seulement à l’image de cette première période jouée comme dans un rêve, où tout réussit à un collectif soudain redevenu l’implacable machine à broyer et à concasser ses adversaires. Glasgow, pourtant débarqué à Mayol avec le plein de confiance conféré par un début de saison à l’inverse des Toulonnais en tout point parfait avec cinq victoires en autant de rencontres, notamment face au grand Leinster ou encore sur le terrain de l’Ulster, n’a pas fait exception, réduit au rang de sparring-partner durant quarante minutes d’une première période à sens unique, qui aura suffi pour permettre à Toulon, emmené par un paquet d’avants de s’assurer le bonus offensif. Quatre essais de Delon Armitage (9e), qui avait clôt la marque de la finale de Dublin et met un point d’honneur à ouvrir cette nouvelle campagne, de Chris Masoe (25e) et de Maxime Mermoz, crédité d’un doublé (35e) comblent Mayol, où la pluie des journaux, lancés sur la pelouse en signe de contentement, salue un score fleuve à la pause que conclue d’une dernière pénalité un Frédéric Michalak, dont le retour au jeu est précipité par la légère blessure à la main de Jonny Wilkinson (34-0).    

Mignoni : "On montre deux visages malheureusement"

Trop facile, ou presque pour les Champions d’Europe. Car c’est un tout autre match qui débute à la reprise. Où Glasgow fait abstraction du score et Toulon se repose sur ses lauriers, au point d’encaisser un terrible 28-10 et d’abandonner un bonus offensif hautement improbable en l’espace de seulement 25 minutes. Quel scénario incroyable ! Et Pierre Mignoni, depuis son banc de touche, d’en perdre son latin : "On montre deux visages malheureusement. C’est dommage parce qu’on fait une très bonne première mi-temps. Plein de choses se passent dans la tête, un peu de relâchement… Et dès qu’on lâche un petit peu, on ne répond plus présent." Dans son envie d’offrir à nouveau son vrai visage, le RCT ne s’est-il pas brûlé les ailes ?

Ces deux visages auront au moins le mérite de garder sous pression une équipe de Toulon que l’essai du doublé, signé de l’impeccable Matt Giteau, sixième réalisation de l’après-midi, aura le mérite de définitivement rassuré. A l’Australien la conclusion : "A cause de la première mi-temps, il y avait beaucoup de fatigue et tout le monde a arrêté de travailler." Le genre de liberté que la quête du doublé européen ne souffrira pas…  

Le Sport sur votre mobile
Le Top 14 en vidéos
en images
Tombé du ciel Lavillenie dans le volcan Charge Retrouvailles Au sommet
à lire aussi