Batum, un nouveau rôle

Nicolas Batum aura plus de responsabilités à Portland. (Reuters)

Quelques mois après la signature de son nouveau contrat de 46 millions de dollars sur quatre ans, Nicolas Batum est rentré mardi à Portland avec un tout nouveau statut. Alors que la reprise approche en NBA, l’ailier français sait qu’il sera attendu au tournant aux Trail Blazers mais entend "répondre présent".

La rentrée, c’est maintenant pour Nicolas Batum. Après un été studieux passé avec l’équipe de France aux Jeux Olympiques de Londres puis quelques semaines de repos bien méritées, "Batman" s’est envolé mardi matin pour Seattle, où il a fait escale avant de rejoindre Portland. Une ville qui compte sur lui pour relancer des Trail Blazers en plein renouveau après un exercice 2011-2012 sans playoffs. "Je crois qu’il nous reste à peine cinq joueurs de la saison dernière, explique-t-il à Ouest-France. Il y a eu beaucoup de mouvements: le coach, les joueurs, même dans les bureaux ça a changé ! C’est un renouvellement total de l’effectif et si ça peut faire peur à certains, moi je trouve ça assez excitant. C’est un beau challenge de repartir de zéro avec une équipe très jeune."

Un groupe désormais entraîné par Terry Stotts dans lequel son rôle va considérablement évoluer. S’il a parfois dû jouer dans l’ombre de Gerald Wallace la saison passée, l’ailier français (23 ans, 2,03 m) sera cette fois un titulaire à part entière. Mieux, il va devenir la deuxième option offensive de l’équipe derrière l’intérieur All-Star LaMarcus Aldridge. A lui de profiter de ce temps de jeu sans doute revu à la hausse pour passer un cap et justifier le contrat de 46 millions de dollars sur quatre ans que lui ont offert les dirigeants de la franchise de l’Oregon en juillet, pour éviter qu’il ne signe aux Minnesota Timberwolves. "De toute façon, on m’attend depuis que j’ai 16-17 ans donc j’ai la pression chaque saison, assure-t-il. On me dit aussi que j’ai la pression des dollars, mais ça…"

L’ancien Manceau, qui a buté sur l’Espagne en quarts de finale des JO 2012 avec les Bleus, ne craint donc pas les attentes placées en lui. "Mon but c’est de faire de bonnes choses à chaque match, enchaîne-t-il. Je sais que j’aurai plus de responsabilités, à moi de répondre présent. En tout cas, je suis pressé d’y être et de découvrir mes nouveaux coéquipiers." Pressé, aussi, d’en découdre alors que la saison régulière débutera fin octobre en NBA. Au cœur d’une conférence Ouest très dense, avec notamment l’arrivée de Dwight Howard et Steve Nash aux Lakers et le recrutement judicieux des Clippers, la marge de manœuvre de Portland sera réduite pour intégrer le top 8. Nicolas Batum en est conscient: "Personne ne nous attend, à nous de créer la surprise."

Plutôt Dunk ou 3 points ? Pariez sur la NBA avec PMU.fr

Le Sport sur votre mobile
Un avenir à…. Caen ?

Un avenir à…. Caen ?