Chicago, la vie sans Rose...

Derrick Rose risque de manquer à Chicago. (Reuters)

Derrick Rose risque de manquer à Chicago. (Reuters)

Avant le coup d’envoi de la saison régulière en NBA, mardi soir, la rédaction fait le point sur les forces en présence dans une conférence Est où les Chicago Bulls, sans leur meneur All-Star Derrick Rose, risquent d’avoir du mal à tenir la distance.

DIVISION ATLANTIC
(Boston, Brooklyn, New York, Philadelphia, Toronto)

Knicks ou Nets ? L’histoire ou la richesse ? Cette saison, New York sera plus que jamais au centre de toutes les attentions. Avec le déménagement de la franchise de Mikhail Prokhorov du New Jersey à Brooklyn, la rivalité entre les deux équipes sera sans doute exacerbée. D’autant que pour réussir sa pendaison de crémaillère au Barclays Center, l’oligarque russe a mis les moyens en entourant Deron Williams de Joe Johnson, Gerald Wallace, Brook Lopez et Kris Humphries.

Suffisant pour mettre à mal la suprématie du voisin de Manhattan et de ses stars Carmelo Anthony, Amare Stoudemire et Jason Kidd ? Avec les Boston Celtics de Kevin Garnett et Paul Pierce et les Philadelphia 76ers d’Andrew Bynum, cette division Atlantic risque en tout cas d’être très dense puisque ces quatre équipes peuvent prétendre aux playoffs. Tant pis pour les Toronto Raptors du rookie lituanien Jonas Valanciunas, qui devraient encore fermer la marche…

DIVISION CENTRAL
(Chicago, Cleveland, Detroit, Indiana, Milwaukee)

Mais que va faire Chicago sans Derrick Rose ? Privés de leur meneur de jeu All-Star, MVP de la saison régulière en 2011, jusqu’en mars ou avril prochain – au mieux –, les Bulls risquent de souffrir de cette absence. Marco Belinelli, Nazr Mohammed et Nate Robinson ont notamment débarqué dans l’Illinois, mais sans leur meilleur joueur, les coéquipiers de Joakim Noah représentent un gros point d’interrogation dans une division Central où Indiana aura de l’ambition.

Eliminés par Miami lors des playoffs 2012, les Pacers ont prolongé leur pivot vedette Roy Hibbert et attiré quelques renforts intéressants, comme D.J. Augustin, Gerald Green et Ian Mahinmi. L’objectif des joueurs de Frank Vogel est clair: atteindre les finales de conférence. Ils en ont les moyens. Avec Brandon Jennings, Monta Ellis et Ersan Ilyasova, les Milwaukee Bucks espèrent se mêler à la lutte pour le top 8 mais ça risque d’être juste. Idem pour les Cleveland Cavaliers et les Detroit Pistons.

DIVISION SOUTHEAST
(Atlanta, Charlotte, Miami, Orlando, Washington)

Miami, qui d’autre ? Champion en titre, le Heat est annoncé comme le favori numéro un à sa propre succession. Parce que LeBron James, Dwyane Wade et Chris Bosh. Mais aussi parce que le recrutement orchestré par Pat Riley a été très astucieux, la franchise floridienne ayant attiré des joueurs talentueux et expérimentés tels que Ray Allen et Rashard Lewis. Dans la division Southeast, les hommes d’Erik Spoelstra n’auront pas de concurrence. Dans la conférence Est non plus.

Derrière eux, et malgré le départ de Joe Johnson, les Atlanta Hawks devraient à nouveau être au rendez-vous des phases finales. Si Al Horford et Josh Smith auront les clés en attaque, Jeff Teague, Louis Williams et Devin Harris leur apporteront un soutien très utile. Pour le Magic d’Orlando, le départ de Dwight Howard aux Los Angeles Lakers a laissé un trou béant. Aux Washington Wizards d’en profiter pour gagner en visibilité. Les Charlotte Bobcats, eux, risquent encore de rester dans l’ombre.

Plutôt Dunk ou 3 points ? Pariez sur la NBA avec PMU.fr

en images
En mode MVP Pour l'honneur Show ! Pour du beurre Pour du beurre