Fournier croqué par les Nuggets

Evan Fournier évoluera à Denver la saison prochaine. (Reuters)

Evan Fournier évoluera à Denver la saison prochaine. (Reuters)

Comme pressenti, l'arrière français de 19 ans, Evan Fournier, a été choisi en 20e position par les Nuggets de Denver, ce jeudi, devenant du même coup le 21e joueur de l'Hexagone à être drafté en NBA. "Ce n’est que le début de quelque chose. Maintenant, à moi de faire ce qu’il faut pour être performant", glisse l'ancien Poitevin.

Il l’avait senti. A l’heure d‘évoquer les multiples « work-outs » (sessions d’entraînement) qu’il dû effectuer avec la Draft, Evan Fournier avait pointé le doigt sur sa prestation livrée aux yeux du staff des Nuggets. "A Denver, j'ai cassé la baraque. Ç'a été mon meilleur work-out. Tous mes tirs rentraient. Ils ont le 20e choix. Pourquoi pas ?", avait-il confié à L’Equipe. Il faut croire que le bonhomme a du flair puisque c’est bien la franchise du Colorado qui a jeté son dévolu sur le Français de 19 ans, passé par l’Insep et Poitiers. Premier non-américain à être sélectionné, le nouveau Nugget est le 21e joueur français a être drafté, et deviendra le 4e joueur à porter le maillot de Denver, après Tariq Abdul-Wahad, Yakhouba Diawara et Johan Petro.

Mais avant de s’imposer dans sa nouvelle équipe, le jeune homme va d’abord devoir s’étoffer physiquement. "Masai Ujiri (general manager des Nuggets, ndlr) m’a dit qu’on allait bosser sur mon physique. C’est exactement ce dont j’ai besoin donc c’est parfait. Leur préparateur physique est excellent donc je suis vraiment impatient de commencer", souffle-t-il, dans des propos rapportés par le site basketusa.com.

"Je vais travailler sur tout"

Ensuite, au sein d’un collectif jeune au jeu vitaminé et porté sur l’attaque, ce talent pur devrait pouvoir trouver sa place. "Denver a un jeu que j’aime beaucoup. De la transition, un jeu très offensif, ça court beaucoup. D’ailleurs, le workout, c’était beaucoup de courses. Y a quand même pas mal d’européens donc ça permet d’avoir certains repères. George Karl, c’est un coach qu’on ne peut qu’apprécier. J’ai vraiment eu un super feeling là-bas", lance-t-il gourmand.

Un discours plein d’assurance qui rappelle d’ailleurs un certain Tony Parker, drafté au même âge. Mais le jeune homme sait que pour le moment, ce sont des heures de travail qui l’attendent, avant d’espérer imiter son glorieux aîné. "Ce n’est que le début de quelque chose, c’est une étape parmi tant d’autres. Maintenant, à moi de faire ce qu’il faut pour être performant. Y a tout à travailler. Le shoot… Tu t’arrêtes jamais de progresser donc je vais travailler sur tout, mais le premier axe, ce sera forcément physique", conclut-il.

Par ailleurs, et sans surprise, c’est le pivot de Kentucky Anthony Davis qui a été choisi en première position de cette draft 2012. Seul joueur à même d’avoir un impact immédiat dans la Ligue, le jeune homme de 19 ans a été choisi par les Hornets, qui devraient baser leur reconstruction sur le duo qu’il formera avec Eric Gordon. Derrière, les Bobcats ont décidé de jeter leur dévolu sur un autre joueur de Kentucky, l'ailier Michael Kidd-Gilchrist. Alors que l’arrière Bradley Beal a été choisi par les Wizards en 3e position, on pourra noter qu’Austin Rivers, le fils de Doc, le coach des Celtics, a été sélectionné en 10e position, par les Hornets.

Plutôt Dunk ou 3 points ? Pariez sur la NBA avec PMU.fr

en images
En mode MVP Pour l'honneur Show ! Pour du beurre Pour du beurre