Leveaux récidive, Duboscq s'éclipse

8e course à Debrecen et 2e médaille pour Leveaux après l'or du relais. (Reuters)

8e course à Debrecen et 2e médaille pour Leveaux après l'or du relais. (Reuters)

Au troisième jour des Championnats d’Europe, Amaury Leveaux, argenté sur 200m nage libre au prix d’un beau mano a mano avec Paul Biedermann, offre à l’équipe de France une 4e médaille. Une journée marquée par la dernière course individuelle en carrière d’Hugues Duboscq sur 200m brasse.

Comme un air de déjà-vu... Paul Biedermann qui s'impose en finale du 200 mètres nage libre des championnats d'Europe, devant Amaury Leveaux. C'était le cas à Eindhoven en 2008, et l'histoire s'est répétée ce mercredi, en Hongrie, à Debrecen. En quatre ans, de l'eau a coulé sous les ponts. Et concernant le nageur français, il ne s'agit bien évidemment plus d'une révélation, mais bien d'une confirmation, une de plus, que le double médaillé d'argent des Jeux olympiques de Pékin est bien de retour aux affaires, à quelques mois des Jeux de Londres. Prêt à affronter la référence internationale, incarnée à merveille par Biedermann sur le 200.

Passé par un trou de souris en séries puis en demi-finale, Leveaux a abordé cette finale à l'orgueil. Il est parti fort, parcourant le premier 50 en tête, avant que la machine Biedermann ne se mette en marche. Mais Leveaux, placé à la ligne d'eau n°2, juste à côté du recordman du monde, a tenté de prendre la vague, avec bonheur, puisque le Français décroche, au prix d'un effort exceptionnel, l'argent du bonheur en 1'47''69, à bonne distance de l'intouchable Biedermann (1'46''27), désormais triple champion d'Europe, mais privé de la meilleure performance mondiale de l'année par Yannick Agnel (1'44''42).

"Je n'ai plus de jambes!", a simplement commenté un Leveaux exténué au micro de France 2. "C'était une superbe course, a ajouté Biedermann. Il (Leveaux) a fait un premier 50 super rapide. On se verra aux Jeux." Déjà titré lundi avec le relais 4x100, Leveaux poursuit sa belle semaine, même s'il ne sait pas encore dans quel état il la terminera, en cette période de préparation olympique. "Il reste le 100 mètres et le 50, mais vu comment je viens de laisser le dernier 50..." a confié Leveaux avant de préciser sa pensée: "J'y suis allé un peu avec les couilles."

Duboscq, la fin

La matinée, elle, a été marquée par l'élimination d'Hugues Duboscq en séries du 200 mètres brasse. Il s'agissait donc de la dernière course individuelle du nageur havrais en grand championnat. A 30 ans, le fer de lance de la brasse tricolore, triple médaillé olympique, n'a plus les moyens de ses ambitions. "C'était la dernière. Là, ça y est, les championnats sont terminés en individuel. Il reste le relais 4 nages et je compte sur les copains pour me soutenir, pour m'emmener et me libérer", a confié Duboscq à France Télévisions.

S'il verra Londres, Duboscq risque de devoir se contenter d'un rôle de remplaçant sur le relais 4 nages. "C'est la porte qui me claque au nez, dit-il.. C'est lourd de conséquences pour les JO. Là, je ne me fais pas d'illusions, je sais qu'avec ce chrono (20ème des séries), je suis remplaçant. Je me dirige tranquillement vers la retraite. Je vais jouer mon rôle de remplaçant au maximum, motiver l'équipe au cas où, mais a priori je ne devrais pas nager aux JO (…). Londres, j'ai envie d'y aller, les JO c'est une expérience extraordinaire. Là je vais y aller en tant que remplaçant. C'est pas tout à fait spectateur mais c'en est pas loin".

Le Sport sur votre mobile
en images
Agnel ne s'arrête pas Cherchez le bronze Emotion Gros bras Toujours Aussie bon
à lire aussi