Lefert, les études d'abord

Clément Lefert a été champion olympique avec le relais 4X100 à Londres. (Reuters)

Double médaillé aux Jeux Olympiques de Londres, Clément Lefert a décidé de mettre un terme à sa carrière de nageur pour pouvoir se consacrer entièrement à ses études. Une décision surprenante que le Niçois de 25 ans explique par le fait qu'il ne vivra jamais de sa passion.

C’est une décision qui peut surprendre, mais qu’il faut aussi savoir respecter car elle est courageuse. A seulement 25 ans, Clément Lefert tourne le dos à sa passion et fait le choix de sortir des bassins. De manière définitive. C’est ce qu’annonce le nageur de Nice ce vendredi, dans les colonnes deNice-Matin, un mois seulement après la fin de ces Jeux Olympiques, qui lui ont pourtant permis de prendre sa part de lumière. Au sein du relais 4x100 mètres nage libre français, sacré champion olympique à Londres et composé d’Amaury Leveaux, Yannick Agnel et Fabien Gilot, il était l’invité surprise. O combien légitime pour ses performances chronométriques, qui lui avaient permis ces derniers mois de se faire une place à l’ombre des cadors du sprint tricolore, mais le moins exposé du point de vue du grand public et des médias.

Pourtant, ces JO seront ceux de la consécration pour Lefert au sein d’un collectif niçois en état de grâce. A l’or du 4x100 mètres, il ajoute l’argent du relais 4x200 mètres nage libre et vit là l’acmé de sa carrière sportive. Six semaines plus tard et le voilà comblé. Serein surtout à l’heure de renoncer à sa passion, comme il s’en explique dans les colonnes de Nice-Matin : "Ce n'est pas une décision que j'ai prise du jour au lendemain, explique-t-il. Je sais que la natation ne me mettra jamais à l'abri du besoin. Je ne suis pas Camille Lacourt, Yannick Agnel ou Laure Manaudou". Et s’il a pu s’épanouir et lui aussi toucher son Graal à Londres, Lefert a préféré ne pas poursuivre l’aventure sous les ordres de Fabrice Pellerin, son entraîneur, et aux côtés de Yannick Agnel et Camille Muffat, ses prestigieux coéquipiers d’entraînement à Nice qu’il avait rejoint afin justement de préparer la campagne olympique.

Auparavant, c’est aux Etats-Unis que ce Niçois d’origine avait déjà fait le choix, fort, de s’exiler afin d’étudier à l’université de Los Angeles. Des études dont il fait aujourd’hui sa priorité avec la poursuite de son cursus de finances à l'EDHEC de Nice. Pour une autre forme d’accomplissement.