Quel avenir pour Manaudou ?

Laure Manaudou ne sait pas si elle va continuer après les Championnats d'Europe. (Reuters)

Laure Manaudou ne sait pas si elle va continuer après les Championnats d'Europe. (Reuters)

Après avoir gagné son pari de participer aux Jeux Olympiques de Londres l'été dernier, Laure Manaudou pourrait bien se questionner sur la suite à donner à sa carrière. A 26 ans, l'ancienne protégé de Philippe Lucas sera bien aux Championnats d'Europe en petit bassin à Chartres fin novembre mais elle n'a pas dévoilé ses intentions après cette compétition.

Est-ce parce que l’édition 2013 ne se disputera pas chez lui, à Dunkerque, que Francis Luyce semble avoir oublié la tenue, en avril prochain (du 9 au 14), de championnats de France sélectifs, comme de coutume, pour les Mondiaux 2013 ? A l’heure d’évoquer le cas de Laure Manaudou, le président de la Fédération française de natation, candidat début décembre à sa propre succession, mettait volontiers la charrue avant les bœufs. "Elle aura probablement la chance, je le souhaite, d’être à Barcelone en 2013 au côté de son compagnon, Frédérick Bousquet, et de son frère, Florent Manaudou", s’enthousiasmait-il mardi à l’occasion de la conférence de rentrée de la Fédération française, justifiant de lui-même cet empressement: "Aujourd’hui, c’est une valeur sûre médiatique pour notre sport, en accompagnement aujourd’hui de nos médaillés olympiques 2012."

Faut-il rappeler à l’inclassable président de la Fédération que l’icône de la natation tricolore n’a plus tout à fait la même valeur sportive. Et que ses résultats lors des Jeux Olympiques ne lui ouvrent pas de perspectives glorieuses dans les bassins. A tel point que son avenir dans l’eau reste aujourd’hui en suspens, une incertitude entretenue par l’intéressée. "Tout le monde se demande ce que je vais faire. J'ai suffisamment payé pour savoir qu'il ne faut pas réagir à chaud", disait-elle en quittant Londres où elle a été plus performante en qualité de supportrice n°1 de l’équipe de France qu’en tant que nageuse. "Sa position au sein de l’équipe de France a été remarquable, elle a parfaitement joué son rôle, apporté beaucoup de sérénité. C’est ce qu’il faut retenir", note ainsi Christian Donzé, le directeur technique national (DTN).

Si elle semble plus épanouie que jamais à jouer les grandes sœurs, Laure Manaudou se contentera-t-elle de ce statut a minima ? Ou aspire-t-elle à reprendre son rôle de maman à plein temps, elle qui souffre de ne pas voir sa fille pendant trois semaines ? Des questions aujourd’hui sans réponse, son entraîneur à Marseille, Romain Barnier, avouant ne pas en savoir plus sur les intentions de sa nageuse après les championnats d’Europe en petit bassin de Chartres (22-25 novembre), une compétition pour laquelle elle a repris l’entraînement depuis dix jours. "Les championnats d’Europe en France sont une belle occasion pour elle de régaler son public, de participer à cette fête qui s’annonce. Il sera toujours temps après pour elle de regarder ce qui s’annonce", juge Lionel Horter, ancien entraîneur de la championne olympique 2004 à Mulhouse et futur ex-directeur de l’équipe de France.

"La suite ? C’est elle qui a la réponse, estime Christian Donzé. Soit elle continue une carrière sportive, et elle en a les moyens. A voir si elle en a l’envie, la motivation, le désir. Soit elle arrête. Après, peut-être que la compatibilité entre être femme et sportive est possible mais c’est à elle de le décider." Tout ne serait donc que question d’investissement, chose sur laquelle insistait déjà Romain Barnier à la veille des JO 2012, ne se faisant alors pas d’illusions sur les chances de sa nageuse d’y briller. "Il ne faut pas se tromper, les championnats du monde seront une compétition difficile. On est toujours surpris par le niveau et l’intensité qui se dégagent de ces compétitions", rappelle Horter avant de conclure : "Avec tout ce qu’elle a connu et avec tout l’environnement qu’elle suscite autour d’elle, si elle souhaite passer à autre chose, elle le peut. Et je suis sûr qu’elle serait alors accueillie comme la grande championne qu’elle est." Si ce n'est un conseil, ça y ressemble...