Ce qu'il faut retenir des Mondiaux de natation 2017

Ce qu'il faut retenir des Mondiaux de natation 2017©Media365
A lire aussi

Raphaël Brosse, publié le lundi 31 juillet 2017 à 09h37

Lacourt prend sa retraite sur un succès éclatant, Dressel et Ledecky insatiables, Metella laisse espérer un avenir radieux...

Lacourt, un final en apothéose
C'était déjà ici que tout avait commencé. En 2010, Camille Lacourt s'était révélé aux yeux du grand public en décrochant trois titres à l'occasion des championnats d'Europe de Budapest. Sept ans et de nombreuses médailles plus tard, c'est du côté de la Perle du Danube, encore, que le Français a décidé de mettre un point final à sa carrière. Et de quelle manière ! Le Catalan a tout d'abord signé le meilleur temps des demi-finales sur 50m dos, avant d'assumer son rang et de s'imposer en patron (24''35). Dire qu'il préparait depuis plusieurs mois sa reconversion comme restaurateur et, par conséquent, s'entraînait moins intensément que par le passé... A 32 ans, Lacourt quitte donc définitivement les bassins sur un troisième sacre mondial d'affilée sur 50m dos. Une chose est sûre : il va nous manquer.
Ledecky et Dressel, figures de proue de la suprématie américaine
Comme d'habitude, les Etats-Unis ont écrasé la concurrence à l'occasion de ces Championnats du monde, engrangeant pas moins de trente-huit médailles dont dix-huit en or. Intouchables sur les relais (à l'exception du 4x200m), les Américains ont une nouvelle fois pu s'appuyer sur l'impitoyable Katie Ledecky, qui est montée cinq fois sur la plus haute marche du podium (400m, 800m, 1500m, 4x100m nage libre, 4x200m nage libre). La Washingtonienne comptabilise, à vingt ans seulement, quatorze titres de championne du monde... Son compatriote Caeleb Dressel a lui aussi crevé l'écran. Avec sept sacres mondiaux (50m, 100m, 100m papillon, 4x100m, 4x100m 4 nages, 4x100m mixte, 4x100m 4 nages mixtes), dont trois dans la même journée (du jamais vu), le Floridien a été l'une des grandes attractions de la semaine. De quoi faire de lui l'héritier de Michael Phelps ?
Metella franchit un palier
L'ultime triomphe de Camille Lacourt permet de donner un peu d'éclat au bilan pour le moins terne de la délégation tricolore. A vrai dire, la seule autre grosse satisfaction est venue de Mehdy Metella. Le Guyanais s'est invité en finale du 100m papillon (huitième) et a surtout pris la troisième place du 100m nage libre, obtenant ainsi sa première médaille mondiale en individuel. Toujours décontracté et souriant, le frère d'une certaine Malia Metella s'est fait une place aux côtés des cadors du sprint et a sans doute pris conscience (si ce n'était pas déjà fait) de son énorme potentiel. Tout en s'affirmant comme étant le futur leader de la natation française.

 
Sjöström, Peaty... Les chasseurs de records au rendez-vous
Les représentants de la Bannière étoilée ne sont pas les seuls à avoir brillé lors de ces Mondiaux. D'autres nageurs ont su se faire remarquer en établissant de nouveaux records du monde. C'est notamment le cas de Sarah Sjöström. La Suédoise est devenue la première femme à passer sous les 52 secondes sur 100m (51''71 sur le relais 4x100m) puis a encore été stratosphérique quelques jours plus tard, sur 50m cette fois (23''67). Adam Peaty, lui, a battu le record du monde du 50m brasse deux fois dans la même journée (25''95). Le Britannique a évidemment remporté la finale le lendemain. Kylie Masse (100m dos) et Lily King (100m brasse) ont elles aussi fait tomber les précédentes marques mondiales.
Chez elle, Hosszú a fait le show
Toujours comble, la Duna Aréna a surpris nombre de nageurs par son ambiance survoltée. Grands amateurs de natation, les supporters hongrois devenaient très bruyants dès que l'un des leurs était en course. Une atmosphère particulière qui n'a absolument pas déstabilisé Katinka Hosszú, au contraire. Véritable star au pays, la « Dame de Fer » a comblé de joie le public budapestois en remportant quatre médailles (or sur 200m 4 nages et 400m 4 nages, argent sur 200m dos et bronze sur 200m papillon). De quoi atténuer la douleur des Magyars suite à la défaite de leur sélection en finale du tournoi de water-polo (6-8 face à la Croatie).

 
3 commentaires - Ce qu'il faut retenir des Mondiaux de natation 2017
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]