Dopage : Quatre contrôles positifs a posteriori révélés par le CIO

Dopage : Quatre contrôles positifs a posteriori révélés par le CIO©Media365

Mathieu WARNIER, publié le mercredi 10 août 2016 à 07h48

En marge des Jeux Olympiques de Rio, le Comité International Olympique a dévoilé le résultat de nouvelles analyses effectuées sur des échantillons prélevés lors des Jeux de Pékin et Londres. Deux haltérophiles et deux athlètes ont été contrôlées positives.

S'il a préféré la mesure face à la Russie et au rapport McLaren, le Comité International Olympique continue dans sa volonté de nettoyer le palmarès des récentes éditions des Jeux Olympiques via de nouvelles analyses des échantillons prélevés à Pékin en 2008 et à Londres en 2012. Ces nouvelles analyses, avec l'aide des techniques mises au point depuis, permettent de déceler des cas de dopage a posteriori. Et le CIO a dévoilé quatre noms, deux haltérophiles et deux athlètes, qui ont pris des substances interdites lors des deux derniers Jeux Olympiques d'été.
Un médaillé positif en 2012
En athlétisme, le Biélorusse Pavel Krvytski et l'Ukrainien Olexandr Pyatnytsya ont tous deux été contrôlés positif à la déhydrochlorméthyltestostérone, plus connue sous le nom de turinabol. Si Krvytski n'avait pas brillé avec la 28eme place du lancer du marteau à Londres, Pyatnytsya va devoir rendre sa médaille d'argent du lancer du javelot acquise dans la capitale britannique il y a quatre ans. En haltérophilie, la Turque Nurcan Taylan, qui n'avait pas terminé la compétition chez les -48kg, et l'Arménienne Hripsime Khurshudayan, onzième chez les -75kg, ont été contrôlées positives au stanozolol et vont voir leur nom effacé du palmarès olympique.

 
0 commentaire - Dopage : Quatre contrôles positifs a posteriori révélés par le CIO
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]