Phelps, taille XXL

Michael Phelps au sommet de l'Olympe. (Reuters)

Michael Phelps au sommet de l'Olympe. (Reuters)

Grâce à son succès sur le 200 mètres quatre nages, Michael Phelps est devenu jeudi soir le premier nageur à remporter un titre olympique trois fois d'affilée dans la même épreuve. L'Américain entre un peu plus dans la légende, lui qui était déjà le sportif le plus médaillé des JO avec vingt breloques, dont seize en or. Monumental !

Michael Phelps a réussi ses Jeux. Si, comme attendu au vu de sa préparation, il est moins en réussite qu’à Pékin, le Kid de Baltimore a rempli ses objectifs. Le plus grand nageur de l’histoire était venu à Londres pour deux derniers challenges : être le sportif le plus médaillé de l’histoire des Jeux Olympiques et être le premier nageur à réussir le triplé olympique sur la même distance. Mardi, l’élève de Bob Bowman avait effacé des tablettes la gymnaste russe Laryssa Latynina, jusqu'alors détentrice de ce record absolu avec la bagatelle de 18 podiums aux JO (en 1956, en 1960 et en 1964). Jeudi, il est resté le maître sur 200 mètres 4 nages, s’imposant en 1’54"27, son meilleur chrono sans combinaison, devant son compatriote et plus sérieux rival Ryan Lochte (1’54"50) et le Hongrois Laszlo Cseh (1’56"22).

"Je savais que face à Ryan (Lochte), même s’il a eu sa course juste avant (la finale du 200 mètres dont il a pris la troisième place, ndlr), ce serait dur. Ryan est peut-être l’adversaire le plus fort que je n’ai jamais affronté", a réagi l’icône, aussi ému que soulagé d’avoir pris part à la dernière course de quatre nages de son immense carrière. "J’ai essayé de pousser le plus possible sur le premier 100 mètres (première longueur en papillon suivie d’un 50 mètres en dos, ndlr), juste pour voir ce que ça pourrait donner", a-t-il ajouté, ravi de devenir le premier homme à garder son titre en natation sur trois Olympiades successives, exploit seulement réussi par deux nageuses : l'Australienne Dawn Fraser, sacrée sur 100m nage libre en 1956, 1960 et 1964, et la Hongroise Krisztina Egerszegi sur 200m dos en 1988, 1992, et 1996.

Lochte reste dans l’ombre

Après avoir échoué sur 400 mètres 4 nage, seulement quatrième d’une course qui fut sienne en 2004 et 2008 mais enlevée en ouverture de ces Jeux par Lochte, mais aussi sur 200 mètres papillon, sa distance de prédilection, battu à la touche pour six centièmes par le surprenant Sud-Africain Chad Le Clos, l’octuple champion olympique de Pékin restait en lice pour l’histoire suite aux échecs répétés du Japonais Kosuke Kitajima sur 100 et 200 mètres brasse. Phelps n’a pas laissé passer cette troisième occasion qui se présentait à lui, décrochant au passage son premier titre individuel à Londres et sa 20e médaille olympique. Un nombre qui devrait encore gonfler alors que la légende est encore attendue vendredi en finale du 100 mètres papillon puis samedi au cœur du relais 4x100 mètres 4 nage pour une dernière sortie que l’on annonce déjà triomphale.

Un dernier rendez-vous à ne pas manquer assurément, qui sera peut-être l’occasion pour Lochte de mesure le chemin qui le sépare de son compatriote. Nageur de l’année 2011 après avoir enflammé les Mondiaux de Shanghai avec cinq titres et le premier record du monde depuis la disparition des combinaisons, le Floridien rêvait d’être l’homme de ces Jeux. Il restera une nouvelle fois dans l’ombre de Phelps, malgré ses deux titres (400m 4 nages, 4x200) et donc ces deux nouvelles médailles olympiques (argent sur le 200m 4 nages et bronze sur 200m dos où il a été devancé par son compatriote Tyler Clary et le Japonais Ryosuke Irie). A sa décharge, ils sont nombreux à avoir bu la tasse dans la vague de Phelps... Et il restera l'un des rares à l'avoir battu aux Jeux.

Le Sport sur votre mobile
à lire aussi