Un matin tout tranquille

Les Bleues sont qualifiées pour les quarts de finale. (Reuters)

Les Bleues sont qualifiées pour les quarts de finale. (Reuters)

L'équipe de France de handball féminin s'est qualifiée pour les quarts de finale des Jeux de Londres en battant pour la première fois en tournoi olympique la Corée du Sud (24-21), vendredi, dans son avant-dernier match de poule. Assurées de terminer à la première place de leur groupe, les handballeuses tricolores disputeront leur ultime rencontre du premier tour dimanche contre le Danemark.

Une confirmation ! Un an après leur demi-finale en Coupe du monde, les Bleues atteignent à nouveau le dernier carré, cette fois lors du tournoi olympique. Sous un déluge écossais, les Bleues contrôlent le ballon ce vendredi dans l'entame de match mais les Suédoises, bien regroupées, pratiquent un jeu direct pour trouver la Lyonnaise Lotta Schelin en pointe. Dans un premier quart d'heure d'observation, le jeu se concentre essentiellement au milieu de terrain. Seul un mouvement de Marie-Laure Delie, qui déclenche une frappe au premier poteau côté gauche, vient troubler la sérénité de Lindhal, la gardienne de but scandinave (10e).

A l'opposé, son homologue française Bouhaddi ne s'en laisse pas compter pour mettre en échec Lotta Schelin dans un face-à-face (14e). La portière tricolore est toutefois beaucoup moins en verve sur les corners adverses. A l'origine d'un premier avertissement à bout portant pour la défense tricolore, Nilla Fischer ajuste le dernier rempart lyonnais d'une tête aux 5m50 sur le coup de pied arrêté qui suit (18e). Et ce n'est pas l'égalisation dans la foulée de Louisa Necib, justement invalidée pour un hors-jeu de Sonia Bompastor, qui redonne le sourire à des Tricolores cruellement menées à la marque (22e).

Déjà décisive contre la Corée du Nord en phase de poules pour ouvrir le compteur-buts des Bleues, Laura Georges est encore obligé de monter aux avant-postes pour délivrer ses coéquipières. Toujours sur corner, la défenseur centrale expédie un coup de tête gagnant pour remettre les deux équipes à égalité au tableau d'affichage. La Guadeloupéenne, qui a profité d'un ballon relâché par Lindhal sur un coup de pied arrêté exécuté par Louisa Necib (29e), ne s'arrête pas en si bon chemin. Dix minutes plus tard, c'est encore elle qui remise un excellent ballon dans la zone de vérité sur un coup franc excentré botté par Bompastor. Delie mise en échec devant la ligne de but des Blagult, Renard, l'autre arrière centrale, est à l'affût pour forcer le 2-1 (29e). Si les Scandinaves ne méritaient pas forcément leur avantage d'un petit but, les Tricolores font quant à elles preuve d'une exceptionnelle réussite avec deux buts sur trois tirs cadrés en première période.

Lotta Schelin trop seule

Au retour du vestiaire, l'équipe de France appuie sur les ailes pour mettre en orbite Thiney et Thomis, dont la force de percussion est un atout maître devant des Suédoises obligées de faire le jeu. Toujours dangereuses sur corners et autres coups francs, les troisièmes du dernier Mondial 2011 en Allemagne n'apportent pas suffisamment de soutien à Lotta Schelin en pointe pour recoller au tableau d'affichage. La lecture du jeu dans l'axe de Wendie Renard et Laura Georges réduit considérablement la marge de manœuvre de l'avant-centre des Jaune et Bleu. Thunebro en vient même à tenter sa chance de loin tant les solutions semblent limitées devant elle (62e). Dix minutes plus tard, Nilla Fischer s'avoue également vaincue sur une parade de haute qualité de Sarah Bouhaddi, laquelle n'était pourtant pas loin de réaliser une « Arconada » sur un centre d'Hammarstrom lors du premier acte.

En face, les filles de Bruno Bini placent encore des banderilles pour réaliser un break bienvenu mais Marie Laure Delie rate le cadre sur un bon travail de Bussaglia (85e). Qu'importe, les Suédoises abdiquent sur une sortie pleine d'autorité de Bouhaddi dans les airs et laissent à leurs adversaires la joie de découvrir dans quelques jours le village olympique. Le 6 août prochain, il s'agira également d'apprivoiser le somptueux écrin de Wembley pour, pourquoi pas, rééditer pareille performance face au Japon ou au Brésil.

Le Sport sur votre mobile
à lire aussi