Traoré, à point nommé

Après un mois de rééducation et de doutes, en raison d’une blessure au genou gauche décelée au début de la préparation, Ali Traoré a repris l’entraînement avec l’équipe de France. Le pivot tricolore devrait jouer contre le Brésil et l’Australie, ce week-end lors du tournoi de Strasbourg, dernière étape avant les Jeux Olympiques. Un soulagement pour "Bomayé", qui pourrait apporter beaucoup aux Bleus.

"Ne m’enterrez pas trop vite. I will be back !" Ali Traoré l’avait promis, mi-juin lors du premier rassemblement des Bleus à l’Insep, et le voilà enfin de retour en équipe de France. Après un mois de rééducation intensive, et à moins de deux semaines des Jeux Olympiques. Entre Paris et Strasbourg, où les joueurs de Vincent Collet disputent ce week-end leur dernier tournoi préparatoire avant de s’envoler pour Londres, le pivot tricolore a beaucoup travaillé à Capbreton pour soigner son genou gauche. Il a aussi douté, s’est même parfois découragé. Mais ses efforts ont payé.

Auteur d’une belle saison au Lokomotiv Kuban, dans la ville de Krasnodar en Russie, l’intérieur français a repris jeudi l’entraînement avec ses coéquipiers, lui qui avait assisté depuis le banc de touche au grand test passé par les Bleus contre l’Espagne, dimanche dernier à Bercy. Ce jour-là, Ali Traoré était déjà revenu, mais jouer aurait été une imprudence et le staff médical tricolore, soucieux de ne pas lui faire brûler les étapes, lui a d’abord concocté un programme de réathlétisation pour qu’il soit de nouveau opérationnel.

Collet: "Il est un peu court, c’est normal"

A l’heure de faire son vrai retour sur le parquet, samedi contre le Brésil puis lundi face à l’Australie, "Bomayé" s’estime seulement à "70%" de ses capacités. Mais le temps qui sépare la France de son entrée en lice aux JO 2012 face aux Etats-Unis joue pour lui. Ce tournoi est un bon moyen de retrouver toutes ses sensations. "Ça va me permettre de me remettre dans le dur tout de suite", explique-t-il dans les DNA. "Il est un peu court, c’est normal, juge Vincent Collet. Il va à présent falloir qu’il fasse beaucoup d’efforts pour retrouver une condition physique compatible avec le basket aux Jeux."

Vu sa motivation pour réintégrer l’équipe, le sélectionneur national n’a rien à craindre: ces efforts, Ali Traoré les fera. Et ses partenaires en profiteront à Londres, où il espère que ses qualités de finisseur, près du panier, mais aussi sa combativité au rebond – gros point faible des Bleus face aux Espagnols – apporteront un plus. "Notre préparation a été vraiment difficile, mais nous nous en sortons quand même honorablement, résume-t-il dans L’Alsace. Maintenant, c’est le moment de resserrer les liens du groupe et de faire corps ensemble. Nous sommes dans la dernière ligne droite, nous devons encore progresser collectivement." Chaque chose en son temps.

Le Sport sur votre mobile
à lire aussi