Les Bleues se paient le Brésil

Céline Dumerc a porté les Bleues face au Brésil. (Reuters)

Céline Dumerc a porté les Bleues face au Brésil. (Reuters)

Il y avait pire manière de débuter une campagne olympique. Samedi, pour leur entrée en lice à Londres, l’équipe de France féminine a dominé le Brésil (73-58). Face à un adversaire direct en vue des quarts de finale, les Bleues ont fait la différence dans le quatrième quart-temps dans le sillage d’une Céline Dumerc époustouflante (23 points, 5 passes).

Elles sont lancées les Bleues ! En dominant le Brésil (73-58), samedi soir, pour leur entrée en lice aux Jeux Olympiques, les joueuses de Pierre Vincent ont déjà fait un pas vers les quarts de finale. Avec des matches a priori abordables face au Canada et à la Grande-Bretagne, après avoir affronté l’Australie, les Tricolores peuvent même déjà espérer un bon classement dans leur poule B pour se faciliter la tâche par la suite. Bien sûr, rien n’est encore en fait, mais la France a déjà été placée sur de bons rails par Céline Dumerc.

La meneuse de Bourges, auteure d’une prestation presque parfaite sur toute la ligne, que ce soit au shoot (23 points à 8/10, dont 2/2 à trois points) ou dans le jeu (5 passes décisives, 4 interceptions et 7 fautes provoquées pour 4 pertes de balle), a permis à son équipe de se défaire d’une accrocheuse équipe sud-américaine, après une entame de match plutôt laborieuse. Avec sept pertes de balle dans le premier quart-temps, dont 4 pour la seule Edwige Lawson-Wade, les Bleues se sont en effet mises toutes seules dans la difficulté (16-20, 10e).

A la traine durant toute la première mi-temps, les Françaises ont heureusement pu compter sur le manque d’adresse des Brésiliennes (10/27 en première période) pour atteindre la pause sans trop de dommages, presque par miracle, grâce à deux actions de classe, déjà, de Céline Dumerc (34-34, 20e). Après le repos, les Bleues, dominées en vitesse et même dans l’engagement (8 rebonds offensifs pour Claissa Dos Santos), ont dû leur salut à leur adresse à mi-distance et à leur impeccable 50% aux tirs (27/54).

Mais c’est donc dans le quatrième quart-temps, remporté 21-9, que les joueuses de Pierre Vincent ont fait la différence pour atteindre un score flatteur (73-58). Pas grâce à Sandrine Gruda (3 points et 3 rebonds en 26 minutes), dominée par la joueuse de Salamanque, Erika Sousa (17 points), mais bien grâce à Dumerc, seule tricolore à dépasser les 8 unités à la table de marque. Si la Berruyère est aussi inspirée dans deux jours face à l’Australie, une équipe que les Bleues ont dominé lors de leur dernier match de préparation il y a peu, les Bleues ne s’en plaindront pas.

Le Sport sur votre mobile
à lire aussi