L'essentiel est assuré

Les Bleus ont fait la différence en fin de match. (Reuters)

Les Bleus ont fait la différence en fin de match. (Reuters)

Pour son dernier match en phase de poules, l'équipe de France a dominé le Nigeria (79-73) ce lundi aux Jeux Olympiques de Londres. Malgré un bon Nicolas Batum (23 points), les Bleus n'ont pas vraiment impressionné mais ont assuré l'essentiel. Place désormais aux quarts de finale, face à l'Espagne.

En attendant de voir si l’Espagne et le Brésil vont jouer le jeu dans l’autre poule, l’équipe de France avait un travail à finir dans le groupe A. Un match sans enjeu contre le Nigeria, certes, mais une rencontre à ne pas bazarder non plus à 48 heures d’un quart de finale qui, quel que soit l’adversaire, promet d’être intense. Sans Florent Pietrus ni Ronny Turiaf, tous les deux ménagés, les Bleus ont donc fait le métier (79-73), comme on dit, mais ils ne se sont pas rendu la tâche facile. "Qu’on gagne ou qu’on perde, ça ne changeait rien, a expliqué Boris Diaw sur France 2. On voulait surtout bosser quelques trucs avant d’attaquer la suite."

Vincent Collet, lui, attendait surtout de voir à l’œuvre ses remplaçants, qui lui devaient "une revanche" deux jours après leur prestation assez moyenne contre la Tunisie. Car le sélectionneur le sait, ses troupes n’iront pas loin si seul le cinq majeur répond présent en phase finale. De ce point de vue-là, ce quatrième succès consécutif ne peut pas le satisfaire pleinement puisque les Français ont manqué de constance après un premier quart-temps maîtrisé (23-10, 10e). Inquiétant ?"On était déjà qualifié, notre objectif c’était de garder notre énergie pour les quarts de finale et on a pu faire tourner", a déclaré Tony Parker, qui s’est contenté de 3 points et 7 passes en 21 minutes.

Diaw: "On ne voulait pas faire un non-match"

"Le but, ce n’était pas forcément de battre cette équipe mais de continuer à jouer ensemble, a ajouté Boris Diaw (10 points, 6 rebonds, 4 passes). On ne voulait pas non plus faire un non-match, c’est pour ça qu’on l’a bien attaqué." Jusqu’à la pause (41-30, 20e), les vice-champions d’Europe n’ont pas été inquiétés par les "D-Tigers" et se sont même permis quelques folies en attaque, avec notamment un joli alley-oop de "TP" pour Mickaël Gelabale. Les choses se sont en revanche compliquées dans le troisième quart-temps, lorsque Chamberlain Oguchi a pris feu à longue distance (35 points, à 8/14 à trois points) et permis aux Nigérians de revenir (54-56, 30e).

A l’instar de l’ancien Havrais, Derrick Obasohan (18 points, 2 rebonds), ex-meilleur marqueur de Pro A avec Hyères-Toulon, s’est lui aussi mis en valeur. Mais les Bleus se sont ressaisis, dans le sillage d’un Nicolas Batum qui, avec 23 points, 6 rebonds, a confirmé sa montée en puissance. "Vu la préparation qu’on a eue, on est content de terminer deuxième du groupe derrière les Etats-Unis, c’était notre objectif, a apprécié Tony Parker. Maintenant, c’est à nous de saisir notre chance. Il faut y croire." Avoir fait la moitié du chemin pour buter en quarts serait une énorme déception. Surtout si c’est encore sur l’Espagne, comme à l’Euro 2009, que les Bleus trébuchent…

Le Sport sur votre mobile
à lire aussi