Du bonheur quand même...

Les Américaines étaient trop fortes pour les Bleues. (Reuters)

Les Américaines étaient trop fortes pour les Bleues. (Reuters)

En basket, cette année, il y a décidément les Etats-Unis et les autres. Samedi soir, en finale des Jeux Olympiques, les Américaines ont surclassé l'équipe de France (86-50). Magnifiques durant toute la compétition, les "Braqueuses" peuvent tout de même être fières de l'argent qu'elles ramènent de Londres.

Il n’y a pas eu de miracle. Après avoir réalisé un parcours sans fausse note dans le tournoi olympique, qui les a menées, pour la première fois dans l’histoire d’un sport collectif féminin français en finale des JO, les joueuses de l’équipe de France n’ont pu soutenir la comparaison face aux quadruples tenantes du titre américaines (86-50). La défaite était prévisible tant les Etats-Unis ont une longueur d’avance sur leurs adversaires, mais les Bleues, libérées et décomplexées après avoir fait chuter des nations majeures du basket féminin telles que la République tchèque ou la Russie (deux fois, en poule et en demi-finales), se sont accrochées durant les deux premiers quarts-temps avant de lâcher prise dans les 20 dernières minutes.

Sans aucune pression, les Tricolores démarrent plutôt bien la rencontre et font quasiment jeu égal face aux stars américaines. Un tir à trois points de Sandrine Gruda leur permet même de passer devant (13-11, 7e). Mais ce sera la seule fois du match. Après avoir terminé le premier quart-temps avec cinq points de retard (15-20), l’écart augmente progressivement au fil des minutes. De douze points à la mi-temps, il passe à 26 à la fin du troisième quart-temps (63-37) et à 36 à la fin du match (86-50). Avec 21 points, Candace Parker finit meilleure marqueuse de la rencontre alors que Gruda et Edwige Lawson-Wade ont tenté de tirer leur épingle du jeu en inscrivant 12 points chacune.

Malgré l’ampleur de la défaite, les Françaises ne peuvent qu’être satisfaites de leur incroyable épopée olympique et décrochent une médaille d’argent qui suffit amplement à leur bonheur. Arrivé à la tête de l’équipe en 2008 au lendemain d’un échec cuisant lors de l’Euro 2007 (élimination en quarts de finale face à la Lettonie), Pierre Vincent ne pouvait que savourer, sur France Télévisions, le chemin parcouru: "On a essayé de se battre et de faire bonne figure, mais elles étaient beaucoup plus fortes que nous. On a fait un match sérieux, intense, mais on ne pouvait pas faire beaucoup plus. C’est la fin d’une très belle aventure, il faut maintenant se projeter sur l’année prochaine avec le championnat d’Europe qui se déroulera en France. On va essayer de ramener le titre". Un défi qui semble désormais largement dans leur corde.

Le Sport sur votre mobile
à lire aussi