Pearson, une fille en or

Sally Pearson a remporté le 100m haies ce mardi. (Reuters)

Sally Pearson a remporté le 100m haies ce mardi. (Reuters)

Sally Pearson s'est parée d'or à l'occasion du 100m haies, ce mardi, à Londres. Une consécration pour l'Australienne qui a parcouru la distance en 12"35 et devancé les Américaines Dawn Harper (12"37) et Kellie Wells (12"48) à l'arrivée. "C’est juste un rêve éveillé", a commenté Pearson après sa course.

Il y avait bien eu cette piqûre de rappel à Londres. Pas au Stade olympique, mais à Crystal Palace, où Sally Pearson avait été battue par Kellie Wells après... 28 victoires de suite. L’Australienne n’est pas passée si loin d’être victime d’un hold-up majuscule, mais il aurait été injuste, après plusieurs années d’une telle domination sur sa discipline, que la championne du monde ne trouve pas un écho du côté de l’Olympe. Pearson a été sacrée championne olympique en 12"35, un record olympique et une performance exceptionnelle dans de telles conditions, mais Dawn Harper a suivi à deux petits centièmes.

Les dieux des haies avaient décidé de lui pimenter la soirée, en faisant tomber dru la pluie au moment de la mise dans les starts. Mais la reine a défié les éléments. Novatrice, dotée d’une technique et d’un passage de haies inédit, la native de Sydney s’affirme à 25 ans comme une des figures historiques de sa spécialité. Les Américaines ont fait le travail, puisqu’au-delà de Harper, Kellie Wells finit en bronze avec un temps de 12"48 et Lolo Jones termine quatrième en 12"58. Pearson était difficilement atteignable mardi, mais Wells a frôlé un exploit retentissant.

"C'est le paradis"

Face à la pression, celle qui avait assommé Daegu l’an dernier avec ses 12"28 en finale a assumé son statut à la perfection, malgré cette formidable Harper qui a pu lui faire craindre le pire. En athlétisme, cette situation de domination n’a peut-être d’égale que celle de David Rudisha sur 800m. "J’ai du mal à décrire ce que je ressens, a réagi la championne, encore tout à joie au moment de s’exprimer sur Eurosport. Quand j’ai vu mon nom s’afficher sur le tableau, je n’y ai pas cru. J’ai explosé de joie. C’est le paradis. Je me sentais quand même confiante avec tout ce que j’ai pu faire avant. C’est juste un rêve éveillé."

Pearson avait déjà fait parler la poudre en demi-finales, avec un 12"39 par temps sec qui augurait du meilleur. Personne ne sait ce qui aurait pu se passer si la météo avait été plus clémente, mais le record du monde de la Bulgare Yordanka Donkova n’est pas complètement sauvé pour 2012. Une fois son titre digéré, madame retrouvera sans doute l’appétit du chrono. Et elles seront au moins deux, au vu de la course remarquable de Harper. "J’étais déjà contente d’être là. Revenir avec ce temps et mon record personnel, c’est déjà génial." Le "déjà" trahit bien sûr ce tout petit écart de deux centièmes. Mais la patronne avait trop d’autorité.

Le Sport sur votre mobile
à lire aussi