Le cauchemar de Liu Xang

Les Jeux Olympiques sont maudits pour Liu Xang, ancien détenteur du record du monde du 110 m haies. Déjà malheureux à Pékin où, touché au tendon d'Achille, il avait été incapable de disputer la course, le Chinois s'est blessé en chutant sur la première haie et a quitté la piste à cloche pied en raison d'une nouvelle douleur.

Les larmes de son entraîneur et confident, Sun Haiping, à l’heure d’expliquer l’insoutenable nous reviennent en mémoire. C’était en 2008 et Liu Xiang, star de l’Empire du Milieu depuis son titre en 2004 qui a fait de lui à jamais le premier athlète chinois masculin à décrocher l’or olympique en athlétisme, devait renoncer dans la peine et la douleur, sous le regard incrédule d’un stade pétrifié par la nouvelle, à défendre ses chances à domicile à Pékin. Présent devant sa ligne mais cloué au sol par un tendon d’Achille trop douloureux, le héros du peuple s’était résolu à retirer son dossard et à quitter le « Nid d’oiseau » la tête basse.

Un véritable drame national. Et une blessure à jamais ouverte dans le cœur de l’intéressé, qui s’affichait alors partout dans les rues du pays. Quatre ans plus tard, le hurdler chinois rêvait de conjurer le sort et de reconquérir son public. Fort d’un chrono de 12"97 réussi chez lui à Shanghai mi-mai, Liu Xiang se présentait dans la peau d’un candidat crédible au podium, voire en tant que principal rival de l’Américain Aries Merritt, flashé à trois reprises à 12"93 cette saison. Mais ses espoirs se sont une nouvelle fois fracassés sur la première haie dès les séries.

Talon d’Achille…

Bien parti dans le coup de canon, le Chinois, au départ de la sixième et dernière série, a heurté violemment la première haie, comme s’il avait été incapable de prendre une impulsion plus importante. "C’est une piste qui renvoie vachement. Pour des mecs assez puissants, on touche très vite la première haie. Pour éviter une faute technique, il faut être en forme. Lui a connu pas mal de pépins physiques et il n’a pas fait assez de compétitions", réagissait à chaud, présent dans les entrailles du stade olympique au moment du choc, Dimitri Bascou, laissant penser à une faute technique du Chinois.

Une thèse partagée par l’Américain Jason Richardson : "Quel dommage ! Ça a été un choc quand je l’ai vu faire ça. Il m’a toujours semblé parfait (techniquement). Je suis très déçu pour lui." Le malheureux, au sol quand le Britannique Andrew Turner filait vers la victoire, s’est pourtant relevé avec peine après s’être immédiatement touché le talon d’Achille du pied droit, celui-là même qui lui a pourri la vie depuis tant d’années. Et c’est sur une jambe qu’il a quitté le stade par une porte dérobée avant de refaire son apparition sur la piste, toujours à cloche-pied, visiblement contraint de prendre la sortie obligatoire des athlètes au niveau de la ligne d’arrivée. Soutenu par l’Espagnol Jackson Quinonez et Turner après s’être effondré sur la dernière haie, Liu Xiang a finalement quitté le stade sur une chaise roulante, direction les vestiaires, sans la moindre explication.

En zone mixte, là où les athlètes ou les entraineurs passent devant les médias du monde entier, plus d’une centaine de journalistes chinois étaient en attente d’explications. Avec cette question qui se pose déjà tout un pays: à 29 ans, Liu Xiang se relèvera-t-il de cette nouvelle désillusion ?

Le Sport sur votre mobile
à lire aussi