Un trophée pour s'ouvrir l'appétit

 collage-trophedeschampions

(Maxppp)

Montpellier, Chambéry, Nantes et Dunkerque se sont donné rendez-vous à Monaco, ce week-end, afin de se disputer le Trophée des Champions. Double tenant du titre, le champion de France héraultais entend bien conserver sa couronne sur le Rocher.

C’est désormais une tradition, la Ligue nationale de handball ouvre sa saison avec le trophée des champions, une compétition réunissant les quatre premiers du précédent exercice, du côté de Monaco. Saint-Raphaël, troisième l’an passé, occupé à tenter de décrocher son ticket pour la Ligue des champions, ce sont donc Montpellier, Chambéry, Nantes et Dunkerque qui vont donc s’écharper ce week-end pour tenter de rafler le premier trophée de la saison.
 
Double-tenants du titre, les Montpelliérains s’avancent en favoris, pressés d’affirmer une autorité que certains annoncent chancelante avec les différents recrutements observés chez la concurrence. "Nous venons pour conserver ce titre que nous possédons depuis 2 ans, confirme William Accambray, sur le site de la LNH. Notre volonté est aussi de démontrer que nous sommes toujours là malgré les différents renforcements que les clubs concurrents ont pu faire."

Chambéry veut un titre

Et c’est Dunkerque qui fera figure de premier test, pour la première demi-finale. Une équipe nordiste à la recherche de repères, après une préparation cahoteuse. "On n’y va pas pour se rassurer, mais pour finir notre préparation, souffle Vincent Gérard. On garde à l’esprit que ce sont deux matches officiels et on fera du mieux possible. On verra ce qu’il se passe car on joue Montpellier qui était jusqu’à présent, et qui est toujours, la référence. On est loin d’être favoris mais on va jouer notre chance à fond."
 
Dans l'autre rencontre, Nantes et Chambéry vont tenter de composter leur ticket pour la finale. "On y va pour montrer que notre place n’est pas usurpée, et être le plus sérieux possible, glisse Frédéric Dole, l'ailier nantais. On veut montrer qu’on veut essayer de bouleverser la hiérarchie." De leur côté, les Chambériens rêvent de remporter un trophée. "Chambéry est sevré de titres depuis trop longtemps pour qu’on fasse la fine bouche sur quelque titre que ce soit", lance ainsi Cyril Dumoulin, alors que le CSH, éternel second, court après un titre depuis 2002. Chacune des équipes semble donc motivée pour offrir un bel apéritif à une saison pleine de promesses...