Montpellier dans la tourmente ?

Le match Cesson-Montpellier était-il truqué ? (Maxppp)

Le match Cesson-Montpellier était-il truqué ? (Maxppp)

Selon des informations de France 3 Languedoc-Roussillon, huit joueurs de Montpellier, dont les frères Karabatic, seraient impliqués dans une affaire de paris truqués. L’affaire remonte au mois de mai dernier, lors du match perdu par le MAHB, à Cesson-Rennes (31-28). Selon le bureau régional de la chaîne publique, le SRPJ de Montpellier devrait interpeller une dizaine de personnes, dont huit joueurs, dans les prochains jours.

L’affaire avait déjà fait parler d’elle, en mai dernier. Quelques jours après la défaite de Montpellier face à Cesson-Rennes, le quotidien Ouest-France révélait les doutes de la Française des Jeux à propos du résultat de la rencontre (31-28). A l’époque, Montpellier est déjà assuré d’être champion, puisqu’il possède huit points d’avance sur Chambéry, son dauphin. Patrice Canayer doit également se passer de Nikola et Luka Karabatic, Mladen Bojinovic, Vid Kavticnik et Samuel Honrubia, tous blessés. Le résultat n’est donc alors pas spécialement douteux.Reste que la Française des Jeux ouvre une enquête car les montants misés sur le match sont "quatre ou cinq fois supérieurs à ce qu'on pouvait attendre pour de tels matches". Une enquête qui aura donc abouti à une plainte, comme le rapporte France 3 Languedoc-Roussilon, ce mardi. Le SRPJ de Montpellier a alors ouvert une enquête et aurait découvert que "des épouses ou concubines de joueurs et de membres de l'environnement du club ont joué Montpellier perdant dans trois bureaux de tabac, l'un dans la région parisienne, l'autre en Bretagne, et le dernier près de Montpellier".Le montant des gains ? Pour environ 5 000 euros mis en jeu, la rencontre aurait rapportée 200 000 euros. Résultat, le SRPJ devrait interpeller prochainement une dizaine de personnes, dont huit joueurs du MAHB, parmi lesquels Nikola et Luka Karabatic, mais aussi Samuel Honrubia. Et si pour le moment rien n’a été prouvé, et l’enquête loin d’être terminée, cette implication risque d’agiter le landernau handballistique, dans les prochains jours. Contacté par le Midi-Libre, Rémy Lévy, le président du club, a convoqué une cellule de crise, mardi soir, et devrait communiquer mercredi, dans la journée.