Karabatic, un futur à Montpellier

Nikola Karabatic reprendra mercredi l'entraînement avec Montpellier.

Nikola Karabatic reprendra mercredi l'entraînement avec Montpellier.

Le président de Montpellier, Rémy Lévy, a annoncé mardi la réintégration de Nikola Karabatic dans l'effectif de Montpellier à compter de mercredi. Dans le cadre de l'affaire des paris illicites, l'international français risquait un licenciement. Son frère Luka, en revanche, va se voir infliger une "sanction disciplinaire", comme Primoz Prost et Dragan Gajic.

Quelques jours après avoir appris la levée de son contrôle judiciaire et au lendemain de l’annonce de l’annulation, sans que l’on en connaisse la raison, de son audition prévue le 7 novembre devant le juge d’instruction de Montpellier, chargé d’enquêter sur l’affaire des paris illicites autour de la rencontre de D1 masculine entre Cesson-Sévigné et Montpellier le 12 mai dernier, Nikola Karabatic a eu le droit à une autre bonne nouvelle ce mardi matin en obtenant sa réintégration dans l’effectif professionnel du MAHB. C’est son président Rémy Lévy, avec lequel il avait rendez-vous dans la matinée, au même titre que son frère Luka, Primoz Prost et Issam Tej, qui a annoncé cette réintégration lors d’une conférence de presse tenue à midi dans le salon… Branko Karabatic du stade René-Bougnol.

Faut-il en déduire que les soucis judiciaires du double champion olympique sont levés ? Non, car comme d’autres protagonistes de l’affaire, il reste mis en examen pour "escroquerie par manœuvre frauduleuse", mais ni Rémy Lévy ni Patrice Canayer, le manager général de Montpellier, n’ont à ce jour une quelconque preuve de la culpabilité de Nikola Karabatic dont la stratégie de défense visant à affirmer qu’il n’avait pas parié sur une défaite de son club en Bretagne (match auquel il n'a pas participé), a payé. "Les joueurs qui nous ont dit ne pas avoir parié sont réintégrés. Nikola Karabatic nous a dit les yeux dans les yeux qu'il n'avait pas parié, ni directement, ni indirectement. On prend acte de leurs déclarations, on attend la suite, l'évolution de la situation", a expliqué Rémy Lévy qui, faute d’éléments à charge, a dû se résoudre à réintégrer le joueur qui vient de mettre opportunément fin à son arrêt maladie pour "dépression".

Ce qui signifie que, sauf nouveaux rebondissements, il pourrait renouer avec la compétition, à l’occasion de la 8e journée de D1 le 11 novembre à Sélestat, à la double condition d’avoir retrouvé l’intégralité de ses moyens physiques (il n’a plus joué depuis le fameux match perdu face au PSG à Coubertin le 30 septembre) et surtout la confiance, jusqu’ici écornée, de Patrice Canayer. Même cas de figure pour son partenaire tunisien du MAHB, Issam Tej, lui aussi réintégré dans le groupe. En revanche, pour Luka Karabatic, Primoz Prost mais sans doute aussi Dragan Gajic, le licenciement est proche puisque les deux premiers ont été convoqués respectivement les 7 et 8 novembre pour un nouvel entretien avec leurs dirigeants, au terme duquel des "sanctions disciplinaires" seront prises. "Les joueurs qui ont parié ne sont pas dignes de porter le maillot du club", a estimé Rémy Lévy. Bref, dans cette affaire, ceux qui ont choisi la stratégie de rupture en niant avoir parié ont pour l’instant gagné la partie, reste à savoir si leur implication était réelle ou si leurs noms ont été injustement livrés en pâture au grand public. Et ça, ce sera au juge d’instruction de Montpellier de tenter de le dire…

en images
Onesta a du bagage Champions d'Europe ! Une finale de plus ! Interdiction de passer. Nouvelle tenue