Montpellier doit faire avec

Patrice Canayer compte sur les jeunes pousses du club. (Maxppp)

Patrice Canayer compte sur les jeunes pousses du club. (Maxppp)

Pour Montpellier, qui reçoit dimanche Leon à l'occasion de la 2e journée de la Ligue des champions, difficile de mettre totalement de côté l'affaire des paris truqués qui touche actuellement le club héraultais. Privé de cinq joueurs, et pas des moindres, l'entraîneur Patrice Canayer a pour mission de remobiliser son équipe. Pas une mince affaire.

Patrice Canayer aime les contrepieds. Et si le public de Toulouse s’est levé pour rendre hommage à de valeureux Montpelliérains, mercredi, lors de la 4e journée de D1 (34-29), le technicien aurait préféré des sifflets. Comme avant. "Les spectateurs nous applaudissent, les journalistes nous plaignent, on n'a jamais été autant aimés. Mais quand on gagnait tout, tout le monde nous détestait. L’an passé le public ici nous a sifflés, mais on est reparti avec la victoire, a lancé le technicien, après la rencontre. Maintenant qu’on a des problèmes, tout le monde nous aime. Il ne faut pas que cela dure trop longtemps. Essayez de nous détester rapidement !"

Reste que les temps ont bien changé, à Montpellier. En une semaine, tout a changé, l’affaire des paris illicites lors du match Cesson-Montpellier a tout balayé. Avec cinq joueurs mis en examen avec interdiction de rejouer (N. et L. Karabatic, Tej, Gajic et Prost), le lustre sportif du MAHB en a pris un sacré coup. "L’entraîneur que je suis est en train de faire le deuil de l’équipe qu’il a entrainée et se dit que l’équipe de Montpellier, aujourd’hui, n’est plus tout à fait le même, a lâché Canayer, vendredi, devant la presse, dans des propos recueillis par RMC. A lui de trouver, avec l’ensemble de son staff, les solutions pour relancer un groupe marqué à la fois physiquement et psychologiquement par ce qui s’est passé et par la trahison de certains de ses membres et aussi intégrer des jeunes joueurs."

"Sauver le club"

Mais le sportif n’est pas le seul secteur touché par une crise d’une violence inouïe pour le club héraultais. "Le manager que je suis est en train de mesurer les dégâts de cette affaire en termes médiatique, économique, en termes d’impact sur les partenaires et il a quelques inquiétudes sur l’avenir, souffle Canayer. Ce qui me parait important, ce sont les salariés de cette entreprise. Parce que j’entends parler de licenciement pour les joueurs qui ont fauté, mais moi je vais vous parler d’autres licenciements: ceux des gens de ce club pour raison économique, parce que l’impact est tellement négatif qu’on sera obligé de licencier des gens.

L’heure est donc grave dans un club qui a bien du mal à voir plus loin que le match suivant. "Mon objectif principal, je le répète et je pèse mes mots mais je crois qu’on n’en a pas conscience, c’est de sauver le club. Ça, c’est vraiment la priorité des priorités, estime le coach montpelliérain. Vous savez ce qu’a dit Mathieu Grebille, qui est un jeune garçon de 20 ans, quand il a réuni les joueurs avant le match contre Toulouse ? Il a dit: "Il faut redorer le blason de Montpellier". Voilà l’objectif. C’est lui qui l’a donné." Face à Leon, une équipe mal en point financièrement, dimanche, les joueurs tenteront donc de garder la tête haute. A chaque jour suffit sa peine...