Chambéry, attention chantier

Edin Basic et Chambéry cherchent la bonne formule. (Maxppp)

Edin Basic et Chambéry cherchent la bonne formule. (Maxppp)

Co-leader du championnat français avec le PSG Handball, Chambéry a plus de mal en Ligue des champions où il a été battu par les Macédoniens de Skopje, lors de la première journée. Une première désillusion que les Savoyards voudront oublier en revenant vainqueurs de leur déplacement à Silkeborg, dimanche.

Un démarrage en trompe-l’œil ? Le mot peut sembler un peu fort pour Chambéry, seule équipe avec le PSG Handball à avoir engrangé 4 succès sur les 4 premières journées. Mais l’impression laissée sur les parquets laisse encore entrevoir le travail qu’il reste à accomplir au CSH, pour trouver sa vitesse de croisière. "Il va falloir du temps et de boulot pour que la mayonnaise prenne, notamment sur la base arrière", prédisait Cyril Dumoulin au début de la saison. La raison ? Les arrivées des deux arrières droit, Kevynn Nyokas et Marko Panic, mais aussi le retour de Timothey N’Guessan, longtemps blessé la saison passée.

Et pour ne rien arranger, Mario Cavalli doit composer avec la blessure pour deux mois de Damir Bicanic, et les pépins de Bertrand et Guillaume Gille. Résultat, après une victoire poussive face à Ivry, la semaine passée (24-23), les Chambériens ont mordu la poussière pour leur entrée en lice en Ligue des champions, face à Skopje (30-33). "On est tombé dans le piège, avec un peu de précipitation, en jouant trop vite à l’intérieur. On ne s’est pas bien installé dans cette rencontre. On n’avait pas les rotations pour remettre de la qualité dans le jeu", analyse le coach, dans les colonnes du Dauphiné Libéré.

B. Gille: "Pas mal de fébrilité"

Depuis, les Savoyards ne se sont pas forcément rassurés face à Billère, malgré la victoire (27-22). Encore tenu en échec à 7 minutes de la fin, les Chambériens n’ont dû leur salut qu’à un réveil de Bertrand Gille, positionné au poste d’arrière droit. "Ce fut un accouchement difficile mais à la fin la maman et le bébé se portent bien, souffle l’international, sur le site du club. Ça a été pénible, long et douloureux parce qu’on donne beaucoup de ballon pour se faire punir. Il y a pas mal de fébrilité donc il va falloir qu’on y travaille."

Un travail qui devra porter ses fruits dès dimanche, pour le déplacement à Silkeborg, l’équipe qui a remplacé Copenhague après son dépôt de bilan. Un remplacement qui avait fortement équilibré la poule, laissant à Chambéry un fort espoir de qualification. "On a une poule équilibrée certes, mais avec beaucoup d’expérience des joutes européennes et on a pu se rendre compte face à Skopje, prévient toutefois Benjamin Gille, toujours sur le site du CSH. On a pu voir que c’était des équipes qui savent jouer au ballon, qui savent prendre leur temps et qui savent bien faire. Nous, pour le moment, on n’a pas su répondre."