Montpellier, un carton d'entrée

 karabatic_vsbillere

Nikola Karabatic a marqué le 50e but montpelliérain.

Montpellier, le champion de France en titre, a ouvert la saison en Division 1 par un large succès ce jeudi à Billère, un club promu (24-50). Nikola Karabatic et les Héraultais ont survolé la rencontre en offrant un florilège de buts. Le Paris Handball, très attendu, débute vendredi contre Cesson-Rennes.

Patrice Canayer a beau vouloir faire croire à tout le monde que Montpellier n’est plus le favori du Championnat de France, statut qu’il tente de léguer au tout pimpant PSG Handball, le quintuple tenant du titre a montré jeudi soir à Pau, lors de l’ouverture de la D1, qu’il avait encore de beaux atouts pour se positionner comme le principal candidat à sa succession. Si le recrutement haut de gamme du club de la capitale a braqué tous les projecteurs sur lui, Montpellier, renforcé par les arrivées de Metlicic, Mamelund et Malmagro, reste compétitif et pourrait même l’être davantage encore que la saison dernière.

Premier appelé à défier l’ogre héraultais cette saison en Championnat, Billère a payé une addition salée lors de la réception de Nikola Karabatic et ses petits camarades. Le Palais des Sports de Pau avait beau donner de la voix, après que les champions olympiques locaux Tony Estanguet et Emilie Fer avaient donné le coup d’envoi fictif de la rencontre, le premier match à ce niveau des Béarnais s’est révélé assez cauchemardesque. Arnaud Villedieu, l’entraîneur du promu, s’attendait à souffrir, il espérait quand même une grande première moins douloureuse.

Les Montpelliérains, privés de Guigou, Kavticnik et Arvin-Bérod mais emmenés par un Gajic, capitaine pour l’occasion, de gala (12 buts), ont pris la mesure de leurs adversaires dès les premières minutes. C’est d’ailleurs l’ailier droit slovène du MAHB qui restera comme le premier buteur de l’exercice 2012-2013. Un but qui en appelait beaucoup d’autres, 50 au total, avec un pourcentage de réussite au tir assez phénoménal de 76%, symbole des difficultés qu’ont éprouvées les Billérois pour stopper les initiatives montpelliéraines. Qu’ils se rassurent, ils ne seront certainement pas les seuls cette saison. Car s’il place son club comme un outsider pour le titre désormais, Patrice Canayer avait aussi glissé à l’issue du Trophée des champions, le week-end dernier, qu’il possédait "la meilleure équipe du monde"...