Montpellier, la route sera longue

Le duel entre William Accambray et Jérôme Fernandez a tourné à l'avantage du second.

Le duel entre William Accambray et Jérôme Fernandez a tourné à l'avantage du second.

Plongé dans une affaire terrible pour l'image du club, Montpellier a fait de la résistance mais s'est finalement incliné à Toulouse (34-29), mercredi, en ouverture de la 4e journée de Division 1. Malgré la défaite, la jeune troupe héraultaise, emmenée par ses cracks du centre de formation, a montré de belles choses sur le parquet. Mais, dans ce contexte bien à part, elle n'aura pas la force de défendre son titre.

Le sportif, rien que le sportif… A l’heure où le MAHB joue une partie de sa crédibilité et de son avenir devant les tribunaux, l’esprit des joueurs montpelliérains, ou tout du moins de ce qu’il reste d’un effectif décimé de moitié, n’était pas forcément à ce déplacement délicat à Toulouse, mercredi, dans le cadre de la 4e journée de Division 1. Et pourtant, dans un climat pesant, où les demandes d’accréditations ont afflué sur le bureau de la responsable de la communication du Fenix, comme si certains n’auraient raté pour rien au monde une mise à mort annoncée, le champion de France a défendu ses couleurs avec hargne, professionnalisme et talent. Mais cela n’a pas suffi pour dominer une équipe toulousaine (29-34), pas présente sur le parquet du Palais des Sports pour jouer les enfants de cœur.

L’entraîneur montpelliérain Patrice Canayer avait affirmé lundi que sa troupe, même diminuée par l’absence de sept cadres comme sa superstar Nikola Karabatic ou son meilleur buteur Dragan Gajic, irait dans la Ville Rose pour gagner et non pas pour traîner son âme en peine. La mission n’a été qu’à moitié accomplie par ses jeunes pépites du centre de formation, qui représentent l’avenir du handball montpellierain. Une nouvelle ère s’ouvrait d’ailleurs dans un camp comme dans l’autre puisque Toulouse, en manque de résultats significatifs, disputait son premier match avec un effectif au complet, les contrats de Zvizej et Moreau, deux recrues dont la qualification avait été bloquée en attente de garanties financières, ayant enfin été validés par la Ligue.

Pourtant, ce sont deux "vieux de la vieille" qui ont pris leurs responsabilités pour montrer la voie à leurs jeunes coéquipiers. William Accambray, l’homme des grands rendez-vous, faisait l’étalage de la puissance de son bras droit pour enquiller les buts et donner l’exemple. Mais en face, Jérôme Fernandez et Daouda Karaboué, chacun dans leur style respectif, n’avaient rien à envier à leur coéquipier en sélection, prenant l’avantage dans leurs duels respectifs au fil d’une partie où l’écart se creusait inexorablement (19-15 à la pause et 34-29 au final). La faute, notamment à un manque de turnover sur la base arrière languedocienne et à des moments clés moins bien gérés par ce groupe inexpérimenté. Le titre s’éloigne déjà pour le MAHB, lesté de deux revers en quatre rencontres, soit autant que durant le dernier exercice. Mais l’essentiel était ailleurs pour les jeunes protégés de Canayer, qui ont pu simplement exercer leur métier…