Krumbholz : "Le coeur solide"

Krumbholz : "Le coeur solide"©Media365
A lire aussi

Julie Yalap, publié le dimanche 11 décembre 2016 à 08h34

Le but au buzzer d'Allison Pinault face à l'Espagne (23-22) samedi soir lors de la première journée du Tour principal de l'Euro, a offert une victoire précieuse à l'Equipe deFrance. Voici les réactions après ce succès précieux.

Olivier Krumbholz (entraîneur) : « Dans ma famille nous avons un cœur solide. Ce soir, nous avons joué le coup jusqu'au bout. Les Espagnoles ont pris tous les risques et perdent bêtement le dernier ballon. Sur la physionomie du match nous n'étions pas mécontents du résultat nul mais nous sommes très satisfaits de prendre ce point supplémentaire.»

Allison Pineau : « Les Espagnoles bafouillent la balle. Je demande la balle. Je me suis dit « tire tout droit et ne met pas d'effet. » Dès que je la lâche je vois qu'elle prend la bonne direction. Après j'explose tout de suite car je sais que c'est bon. C'est une émotion fabuleuse, on les a eus sur le fil. Avec les Espagnoles, c'est toujours le même scénario, au Mondial, aux Jeux Olympiques, ici. À l'arrachée ou pas, ce qui compte ce sont les deux points. »

Laura Glauser : « Ca s'est joué sur des petits détails. C'est tombé de notre côté, c'est très bien ! On s'est battu jusqu'au bout et je pense qu'on a mérité cette victoire. Nous sommes toujours dans la course. »

Alexandra Lacrabère : « Depuis les JO, nous n'avions pas ressenti une telle joie collective. J'avais l'impression qu'on avait gagné quelque chose. J'ai envie de revivre ces émotions là. Face aux Pays-Bas, c'était une erreur de parcours. Nous savons nous faire confiance, cela fait notre force. Avec Ali nous arrivons au bon moment mais c'est grâce au soutien de l'équipe et du staff qui continue à nous faire confiance. C'est un travail en toute confiance. Il n'y a pas de vipères dans cette équipe. Nous avons le droit de faire parfois des mauvais matches. Il faut prendre son mal en patience. L'équipe de France ne se résume pas à Pineau et à Lacrabère. On peut aller loin dans cette compétition.


Gnonsiane Niombla : « Ce n'est pas la même sensation qu'aux JO, bien sûr, mais c'est un signe du destin. Je n'arrive toujours pas y croire ! Comment avons-nous pu gagner ce match ? Je n'ai pas compris et je n'y crois toujours pas. Nous avons été malmenées du début à la fin. »

Laurisa Landre : « Nous avons très bien géré la fin de match, ce qui n'avait pas été le cas sur les Pays-Bas. Nous n'avons pas cogité, ni douté. La Suède est une très belle équipe et je suis très excitée à l'idée de jouer ce match. »

 
0 commentaire - Krumbholz : "Le coeur solide"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]