Handball : Le rêve est à portée de main pour les Bleus, qui tiennent leur finale

Handball : Le rêve est à portée de main pour les Bleus, qui tiennent leur finale©Media365
A lire aussi

Rédaction Sport365, publié le jeudi 26 janvier 2017 à 22h30

L'équipe de France est plus que jamais en route vers une sixième étoile de champion du monde. Jeudi soir, dans une AccorHotels Arena bouillante, les Bleus n'ont fait qu'une bouchée de la Slovénie (31-25) et défieront en finale dimanche la Norvège ou la Croatie.

Les Bleus étaient prévenus, peu importe le pedigree de l'adversaire, il fallait sortir un match énorme pour rallier la finale. D'autant que la Slovénie avait des arguments à faire valoir, notamment un jeu rapide séduisant, « techniquement et tactiquement au-dessus du lot », selon Guillaume Gille. Portés par un public de Bercy qui a joué son rôle d'un bout à l'autre, les hommes de Didier Dinart ont entendu le message et broyé physiquement un adversaire qui a rapidement montré ses limites, à l'image de sa base arrière, déficitaire offensivement.

L'invité surprise de ce dernier carré souhaite répondre au défi physique d'emblée en alignant deux pivots au cœur de la défense, bâtie autour de l'imposant Poteko. De nombreux passages en forces sont sifflés de part et d'autre, les défenses sont imperméables de chaque côté, les contacts très rudes, mais l'attaque française trouve davantage de solution, déjà. L'efficacité est au rendez-vous, la Slovénie ne peut pas en dire autant. En supériorité numérique, à six contre quatre, les joueurs de Veselin Vujovic encaissent un but et ne marquent pas sur la montée de balle suivante. Actif en défense, Guigou fait admirer ses talents de passeur pour Porte (5/6), qui punit les errements adverses. Les gros manques d'attention de la défense slovène se multiplient, les Bleus en profitent allègrement. L'équipe de France subit un trou d'air, consécutif aux retours conjugués sur le terrain d'Adrien Dipanda et Nikola Karabatic, et alors que Matevz Skok monte en puissance dans les cages adverses, Vincent Gérard se dresse en dernier rempart à son tour (16 arrêts). Le Montpelliérain s'interpose à plusieurs reprises et permet à Valentin Porte de creuser l'écart coup sur coup (9-6). Dépassée par le jeu sans ballon des Français, la Slovénie ne compte que trois buts de retard à la pause. Un moindre mal.

Plusieurs changements sont effectués au retour des vestiaires côté français, et Nedim Remili (6 buts) prend place à droite de la base arrière française, renforcée par le retour de Nikola Karabatic (3 buts), peu utilisé au cours des trente premières minutes. Depuis le début de la compétition, Remili a pris la mesure de l'enjeu. L'insouciance de la jeunesse répondront certains. Ou bien serait-ce le talent, tout simplement ? Toujours est-il que sa première séquence arrache un sourire aux observateurs attentifs du parcours des Bleus dans ce Mondial. Face à la Suède, le joueur du PSG s'était troué, avant de briller. Il récidive. Deux tirs en pleine lucarne font mouche, et Vincent Gérard, profitant du travail de sa défense, achève de dégoûter ses adversaires. Comme depuis le début de la compétition, les choix du duo Gille-Dinart sont intelligents, chacun des joueurs utilisés apportent sa pierre à l'édifice bleu, très solide. En face, Jure Dolenec (5 buts) fait illusion un temps au jet de sept mètres, mais pour le reste Borut Mackovsek est inexistant, les arrières gauches slovènes souffrent. Et courbent l'échine à mesure que la fin de match approche. La marche était trop haute cette fois-ci, mais la Slovénie aura l'occasion de se consoler avec la petite finale pour la médaille de bronze. Les Bleus , quant à eux, tenteront de décrocher un sixième sacre mondial. Ils ont arpenté le chemin au son de la marseillaise deux semaines durant. Il leur reste désormais à franchir un dernier obstacle. Celui qui les conduira vers les étoiles.

 
30 commentaires - Handball : Le rêve est à portée de main pour les Bleus, qui tiennent leur finale
  • ne vendez pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué. la NORVEGE peut surprendre, n'oubliez jamais çà .

  • "nous sentons chez..." dixit M. Psit60.
    Si M. Psit60 " sent" ,serait-ce qu'il " pense" avec ses pieds?
    Et sa manie laudative et incantatoire de la dénonciation par délation remonte-t-elle à la soumission moucharde de 40-45 ?

    --A lire les louanges passionnées des internautes braillards pour qui la vie ( rêvée) dépend des agitations opulentes des milieux sportifs , on se rappelle cette vieille blague d'étudiants goguenards en sortie d'amphi : " qu'est-ce qui est plus c...qu'un supporteur sportif ? Deux supporteurs sportifs " .

    c'est vrai qu'il est très difficile de trouver plus con qu'un supporter,quel que soit le jeu ; un journaliste sportif peut être ?

  • Exacte au rendez-vous et invaincue depuis le début de la compétition la bande à Karabatic en s'offrant une finale est à une marche du triomphe pour ....... un nouveau titre à la maison .
    Ils vont le faire .

    Prudence, la Norvège est l'équipe qui monte dans le contexte international .

    Bonjour Nazca, même s'ils perdent, ils auront fait un beau parcours... une sacrée équipe, cette équipe de France du Hand et cela perdure à travers les générations... l'entraineur ?... forcément, mais pour avoir été secrétaire du club de hand de mon fils.. il y a une sacrée politique de sélection dans les clubs où seuls les meilleurs jouent sur le parquet et les autres regardent, cela m'a toujours agacée au plus haut point car le sport devrait garder son aspect ludique !

    On aimerait autant que les Experts gagnent .... Et dire que la Norvège a été éliminée avant la compétition, repêchée et qu'elle se retrouve finaliste après avoir bousculée la hiérarchie ... A prendre très au sérieux !

  • "Réduire un corps dur en parcelles infiniment petites", telle est la définition du terme "Broyer". Ce mot n'a donc rien à faire dans le compte rendu d'une rencontre sportive. Le français est une langue très riche. Mais encore, faut-il une certaine culture de base pour en connaître ses "subtilités"... Et choisir le terme adéquat et qui correspond à la situation réelle.

    Vous avez entièrement raison.....c'est dangereux de constater la disparition de notre si belle langue !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]