Pep Guardiola n'a plus de joker

Pep Guardiola n'a plus de joker©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le mardi 16 mai 2017 à 07h55

Manchester City bouclera la saison sans titre et n'est même pas encore assuré de disputer la prochaine Ligue des Champions. Actuellement quatrièmes de Premier League, les Sky Blues ont néanmoins leur destin entre leurs mains pour terminer sur le podium et ainsi décrocher un ticket direct pour la phase de groupes.

Cela passe par une victoire contre West Bromwich Albion mardi en match en retard (21h00), avant le déplacement à Watford dimanche en clôture de la saison (16h00). Mais Pep Guardiola est bien conscient que ça ne suffira pas à combler les attentes nées de son arrivée au club. Le technicien catalan estime qu'il aurait surtout pu être poussé vers la sortie à l'issue de cette première saison dans le Nord de l'Angleterre. « Dans ma situation, dans un grand club, je suis viré, a-t-il soufflé lundi en conférence de presse. J'avais de la pression en arrivant comme entraîneur à Barcelone. [...] Dans ce club-là, si en six mois vous ne gagnez pas, vous êtes dehors. À Barcelone ou au Bayern Munich, vous devez gagner avec de l'avance. »

Guardiola : « La qualité des joueurs était suffisante pour faire mieux »

Sous contrat avec les Citizens jusqu'en 2019, Guardiola aura une exigence de résultats encore plus forte la saison prochaine et se réjouit de bénéficier d'une « seconde chance ». Surtout qu'il reconnait que son groupe avait le potentiel pour faire mieux. « Si ce qui arrive la saison prochaine n'est pas bon, ils vont changer d'entraîneur. Je me suis mis [la pression] pour venir ici, pour me prouver que j'étais capable de réussir dans ce club fantastique. Je crois que la qualité des joueurs était suffisante pour faire mieux. » Un effectif qui pourrait être renforcé par Gianluigi Donnarumma, en fin de contrat avec le Milan AC en juin 2018. Mais Guardiola a manié l'ironie au moment d'évoquer cette rumeur. « C'est un excellent gardien. Je ne suis pas expert, mais c'est un super gardien. Il est grand, il prend beaucoup de place dans les buts. Il y a beaucoup de gardiens que j'apprécie, surtout ceux qui arrêtent les ballons. C'est le plus important pour le poste de gardien. Quand la balle arrive, il faut l'arrêter. » Et quand les dirigeants investissent, comme ceux de City prévoient de le faire l'été prochain (une enveloppe de 250 millions d'euros est évoquée), il faut gagner. CQFD.

 
2 commentaires - Pep Guardiola n'a plus de joker
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]