Luis Fernandez donne une longueur d'avance à l'Athletic Bilbao

Luis Fernandez donne une longueur d'avance à l'Athletic Bilbao©PANORAMIC, Media365
A lire aussi

Media365, publié le 17 février

L'OM reçoit l'Athletic Bilbao au Vélodrome jeudi pour son seizième de finale aller de Ligue Europa. Qui part favori pour ce grand choc européen ? Luis Fernandez, ancien coach de la formation basque et désormais consultant pour beIN Sports, a livré son avis d'expert pour Foot365.

Luis Fernandez, quelle équipe partira favorite entre Marseille et l'Athletic Bilbao ?L'Athletic. C'est un club qui devrait être pris en exemple par d'autres clubs qui veulent progresser. Il ne change pratiquement pas car il garde une même philosophie, avec sa formation, ses jeunes et sa culture basque. Il y a du sérieux et un grand professionnalisme. J'ai travaillé quatre ans là-bas donc je peux vous dire que c'était un plaisir et un honneur. Quand on travaille dans ce club, il y a une exigence de résultats. Mais pour cela, il te faut des garçons qui ont une attitude avec un état d'esprit irréprochable. C'est ce qu'ils ont. Ils forment des jeunes et les préparent pour les hisser vers le haut.

A quel type de rencontre vous attendez-vous ?Ça ne va pas être facile car on a vu Bilbao à l'extérieur contre le Real Madrid samedi, c'est une équipe qui prend des initiatives. C'est pour ça qu'on devrait assister à un très bon match, à une belle double confrontation qui risque d'être riche en buts. Ça va être une rencontre assez spectaculaire.

Vous qui avez entraîné la formation basque il y a quelques années, que pensez-vous de l'actuel Bilbao d'Ernesto Valverde ?C'est quelqu'un qui travaille beaucoup et qui a progressé. C'est un club qui a des certitudes, avec des garçons qui jouent ensemble depuis cinq ou dix ans. Il y en a qui ont grandi ensemble alors qu'à Marseille, c'est l'éternel changement. A Bilbao, il y a une culture de jeu dans le football. Mais ce n'est pas dit que les Basques vont s'imposer facilement parce que Michel s'en méfiera. Michel a aussi un adjoint qui s'appelle Rafael Alkorta, joueur à l'Athletic Bilbao quand j'entrainais l'équipe. Ils savent très bien à quoi s'attendre, avec un club qui dispose d'une philosophie de jeu. Pour moi, Bilbao a plus de certitudes dans son jeu pour s'imposer.

Y'a-t-il des similitudes entre l'OM et l'Athletic Bilbao de Bielsa ?Le Bielsa de Marseille était très similaire au Bielsa de l'Athletic. J'ai lu qu'il y avait beaucoup de joueurs à l'OM qui s'étaient plaints par rapport aux méthodes de travail que Bielsa leur avait imposées. A Bilbao, ils n'ont jamais eu l'occasion de s'en plaindre. Ils ont aimé car ils ont joué deux finales de Coupe du Roi et une finale de Ligue Europa. Il y a la culture du travail, l'envie de se surpasser et cette faculté à ne pas pester. Même si la charge de travail était plus élevée avec Bielsa, ils ont été suffisamment récompensés. A Marseille, on l'a vu la saison dernière, c'était le même football qu'il avait mis en place à Bilbao. En Espagne, la particularité est que le travail, ça ne pose aucun problème. C'est différent en France, surtout pour les jeunes qui ont la vingtaine. Ils ont d'autres choses à faire comme on peut le constater ces derniers temps.

« Laporte ? On ne demande pas, on travaille »
Quel est votre point de vue de technicien sur Michel ?C'est difficile à Marseille, vous savez. La situation est compliquée, il est arrivé en cours de saison et n'a pas eu l'occasion de commencer la préparation. C'est un club où il y a pas mal de complications. Il essaye de faire au mieux. On ne sait jamais comment la saison va se terminer. Mais on l'a vu lors du match contre Nice (1-1) : quand vous ne marquez pas de buts dans les temps forts, ce n'est pas l'entraîneur qui est en faute. Il est sur la bonne voie, il travaille bien, c'est de mieux en mieux.

Michy Bastahuayi n'a plus marqué depuis un mois et est en cruel manque de confiance. Pensez-vous que l'arrivée de Fletcher va lui permettre de retrouver son niveau ?J'ai eu l'occasion de le voir face à Nice. Il a eu trois-quatre occasions et maintenant, il a besoin de les concrétiser. Michel devrait les faire jouer ensemble car Michy a quand même des qualités et c'est vrai qu'il traverse une période avec un manque de confiance, en ne réussissant pas à la mettre au fond. Pour un attaquant, c'est vrai qu'on lui demande de les mettre. A Marseille, on a besoin de marquer car si on ne gagne pas les matchs, on sent qu'il y a tout de suite la pression qui monte et on se met dans des situations compliquées. C'est pour ça qu'un attaquant a toujours besoin de marquer et il finira par le faire.

Batshuayi sera directement opposé à Aymeric Laporte. Voyez-vous ce match comme une possibilité pour lui de s'illustrer en vue de l'Euro ?Pour l'instant, il fait partie de ces Espoirs et on commence à l'apprécier. Il a des qualités mais il faut qu'il continue dans sa progression. Il ne faut pas rester dans une logique de réclamer et il faut essayer de s'imposer. On ne demande pas, on travaille. Le sélectionneur sait très bien où sont les joueurs et qu'il a le temps d'aller les voir. Aymeric a beaucoup progressé mais il ne faut pas être pressé parce que si ce n'est pas pour cette année, ce sera pour le futur. Ça ne doit pas virer à l'obsession dans sa tête. Il aura l'occasion d'y revenir. C'est à lui de faire ses preuves et d'attendre ce que le sélectionneur décidera.

Qui remportera la Ligue Europa cette saison selon vous ?La Ligue Europa est une compétition assez difficile. La finale de l'année dernière opposait le FC Séville au Dnipropetrovsk, un club ukrainien. C'est toujours une compétition où il y a des surprises. Il y a de grands clubs qui y sont donc c'est assez compliqué d'en ressortir un seul. Après les deux prochains tours, on pourra en reparler et avoir une idée de qui sera le futur vainqueur.

Propos recueillis par Lamia ELHANBALI

 
5 commentaires - Luis Fernandez donne une longueur d'avance à l'Athletic Bilbao
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]