Interdiction de tout gâcher pour les Gones

Interdiction de tout gâcher pour les Gones©Media365
A lire aussi

Alessandro Pitzus, publié le jeudi 16 mars 2017 à 09h02

Depuis un peu plus d'une semaine, on sait que le match aller n'est qu'une partie de l'histoire. Et que cette dernière, capricieuse, parfois incontrôlable, peut se retourner contre ceux qui pensaient pouvoir la contrôler.

La « debandada » du PSG aura été une piqûre de rappel pour les autres, pour l'Olympique Lyonnais aussi. Comme Paris contre le Barça, les Gones en ont collé quatre à la Roma, mais ils en ont encaissé deux. Et ce n'est peut-être pas plus mal au fond. Cela évite toutes sortes de calculs nuisibles sur 90 minutes. L'OL a un matelas, mais il n'est pas assez épais pour pouvoir se reposer sur des lauriers. C'est peut-être la meilleure chose qui pouvait arriver à Lyon.

L'approche mentale sera fondatrice

Les Parisiens et les Lyonnais ont un point commun : leur match aller a été une référence. Mais pour qu'il ne sombre pas dans les abysses de l'oubli, l'OL doit rester sur le qui-vive. Car la Louve est une chasseuse impitoyable. Etre dans une position favorable avant de se déplacer, ça se prépare avant tout dans les têtes. Ne pas être dans la gestion, être costaud si le rapport de force s'inverse rapidement, c'est dans sa capacité à pouvoir répondre que Lyon trouvera son salut. Ce n'est pas pour rien si Bruno Genesio a parlé de « grandir » avant ce match. Ce huitième de finale retour de C3 est un examen de maturité pour Lyon et aussi pour son coach. Si l'aller avait été la réussite de Bruno Genesio, le retour le sera tout autant peu importe l'issue de la partie. Se hisser au niveau européen, les Lyonnais ont su le faire jeudi dernier au cours d'une seconde période magnifique. Il faudra reproduire un contenu identique ... mais pendant 90 minutes cette fois-ci.

Du cœur et du talent

Car la première période des Gones avait été aux antipodes de la deuxième. Des glissades d'amateur et une défense toujours aussi approximative, les hommes de Bruno Genesio avaient été obligés de composer avec leur faiblesse habituelle. Au lieu de s'écrouler totalement comme ce fut le cas plusieurs fois cette saison, ils ont fait preuve de caractère. Ce sont les joueurs du cru comme Corentin Tolisso, Nabil Fekir et Alexandre Lacazette qui ont sonné la révolte. Quand les éléments offensifs rhodaniens brillent de mille feux, ils permettent de cacher les errances de l'arrière garde. Si Lyon a impressionné la semaine dernière, c'est parce que le mélange trippes-talent a été détonnant. Pour que ce huitième de finale soit définitivement répertorié comme le match référence de cette génération lyonnaise, les Gones auront besoin du même élan collectif. Ce serait bête de tout jeter à la poubelle.

 
3 commentaires - Interdiction de tout gâcher pour les Gones
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]