Ligue des Champions (8eme de finale retour) : Sans forcer, l'Atlético Madrid écarte le Bayer Leverkusen de sa route

Ligue des Champions (8eme de finale retour) : Sans forcer, l'Atlético Madrid écarte le Bayer Leverkusen de sa route©Media365
A lire aussi

Vincent DEGREMONT, publié le mercredi 15 mars 2017 à 23h45

Fort de son net avantage pris à l'aller, où il s'était imposé à la BayArena (2-4), l'Atlético Madrid a choisi de gérer le retour à domicile contre le Bayer Leverkusen. Le club espagnol a adopté une tactique prudente qui a anéanti les espoirs de remontada de son adversaire.

 
Le debrief
« On ne va pas se reposer sur nos lauriers », promettait Diego Simeone à la veille de la rencontre. Sans proposer pour autant un football offensif, El Cholo n'a pas pris ses adversaires à la légère, leur laissant la possession du ballon et focalisant d'abord ses joueurs sur leurs tâches défensives. Probablement impressionné par la folle remontée du voisin barcelonais face au PSG, le technicien argentin n'a souhaité prendre aucun risque. Si ses attaquants n'ont pas su porter l'estocade en contre, Oblak a été impérial dans les buts, et ce score nul et vierge suffit au bonheur de l'Atlético, qui connaîtra son futur adversaire vendredi midi.

« Nous savons que nous ne sommes pas favoris pour nous qualifier », concédait Tayfun Korkut, venu au chevet du Bayer après le limogeage de Roger Schmidt. L'entraîneur turc, qui n'avait pas réussi à faire mieux qu'un nul à domicile contre le Werder lors de sa première, n'a pas non plus fait de miracle à Vicente Calderon. Volontaire, son équipe n'a pas su hausser son niveau de jeu pour inscrire les trois buts nécessaires à la qualification. Malgré des initiatives de Brandt, Kampl ou encore Bellarabi, il a manqué le dernier geste aux visiteurs, incapables de faire trembler les filets. Si en 2015, l'Atlético et le Bayer s'étaient déjà affrontés lors de deux huitièmes indécis, finissant par se départager aux tirs au buts. Deux ans plus tard, les Colchoneros se sont montrés supérieurs et, au retour, n'ont pas eu besoin de forcer leur talent, bien supérieur à celui de leurs homologues.
Le film du match
23eme minute
Dans sa surface, Vrsaljko n'est pas attentif à la montée de Wendell qui lui chipe le ballon avant de se jeter pour centrer du bout du pied vers Chicharito, bien placé devant le but. Le Mexicain frappe fort en pivot et voit son tir lécher la transversale d'Oblak.

40eme minute
Décalé en une touche par un extérieur délicieux de Griezmann, Correa, arrivé lancé, dépasse Jedvaj avant de frapper fort d'une dizaine de mètres sur la gauche de Leno. Le portier allemand anticipe, se détendant toniquement pour sortir la tentative de l'Argentin en corner.

41eme minute
Servi par Correa à l'entrée de la surface, Koke s'applique en croisant du droit à ras de terre devant Jedvaj. Leno claque sur sa droite du bout des doigts.

55eme minute
Dans son style caractéristique fait de puissance et de maîtrise, Partey remonte une trentaine de mètres avant de décaler Correa sur sa gauche. L'Argentin crochète Wendell puis Jedvaj avant d'ouvrir son pied gauche à ras de terre. Un peu trop, car le cadre se dérobe d'un petit mètre.

58eme minute
Parti dans le dos de Dragovic, Griezmann tente un lob croisé, mais son ballon retombe derrière la lucarne opposée. Infructueuse, la géniale inspiration a le mérite de réveiller Vicente Calderon.

68eme minute
Gimenez se fait subtiliser le ballon par Brandt qui ouvre son pied devant Oblak. Le portier slovène se jette sur sa gauche et repousse sur Volland, qui reprend du gauche. Vite relevé, Oblak est à nouveau à la parade. La balle revient sur Volland, contré in-extremis par Gimenez qui se rattrape de sa bévue.

75eme minute
D'une astucieuse déviation de la tête, Chicharito trouve Bellarabi à l'angle droit de la surface. L'ailier contrôle puis rentre vers l'intérieur devant L. Hernandez avant d'enrouler sur Oblak. Le portier slovène repousse sur Chicharito, dont la reprise instantanée est déviée en corner par Savic.

80eme minute
A peine entré en jeu, Baïley prend sa chance du gauche de 35 mètres. Oblak plonge sur sa gauche afin d'écarter le tir flottant du Jamaïcain.

81eme minute
A la suite d'un corner joué à deux, Kampl rentre dans l'axe et enroule en croisant à l'angle droit de la surface. Oblak repousse d'une manchette devant son poteau.
Tops et flops

TOP 3

Sept frappes cadrées, et pourtant pas de but pour des visiteurs tombés sur un Jan OBLAK de gala. Le dernier rempart des Matelassiers a littéralement écœuré Chicharito et ses petits camarades de ses réflexes impressionnants et ses manchettes très solides. Sans jamais prendre de risque avec ses prises de balle - quitte à volleyer des ballons flottants -, le portier slovène s'est érigé en mur impassable.

Son alter-ego allemand a lui aussi rendu une copie sans rature. Capitaine exemplaire, Bernd LENO a repoussé les quatre tirs subis, non sans maestria, notamment aux 40eme et 41eme minutes, lorsque Correa l'a allumé de près, puis quand Koke croyait avoir trouvé son soupirail. Il a ainsi préservé l'espoir d'une hypothétique qualification, mais ses partenaires de l'attaque n'ont pas réussi à faire le reste.

Quand on choisit de se laisser dominer, mieux vaut avoir un bon milieu défensif empêchant l'adversaire de trop s'approcher du but. Thomas PARTEY a rempli ce rôle à merveille. Très fort physiquement, il s'est imposé sur la plupart de ses duels, se lançant parfois dans des chevauchées fantastiques d'une trentaine de mètres avant de placer Correa, Carassco ou Griezmann en situation favorable. Une très belle prestation pour celui qui est habitué à évoluer dans l'ombre de Gabi.


FLOP 3

Si Aleksandar DRAGOVIC n'a pas souffert autant qu'au match aller, grâce à la tactique défensive décidée par Diego Simeone et au forfait de Gameiro, il a démontré une nouvelle fois sa lenteur et son manque de vivacité sur les ballons en profondeur à destination de Correa et Griezmann.

Et si les années fastes de Javier HERNANDEZ étaient déjà derrière lui ? Positionné en pur avant-centre, avec Volland légèrement en retrait ainsi que Bellarabi et Brandt pour le servir, le Mexicain de 28 ans s'est procuré plusieurs occasions, mais n'a pratiquement jamais su fausser compagnie à la tenaille Godin-Gimenez.

Kevin VOLLAND a commencé la rencontre en mettant un tampon provocateur à Godin. Le capitaine uruguayen s'en est souvenu, le marquant de façon rugueuse tout au long de la rencontre, empêchant l'attaquant allemand de se montrer dangereux... sauf à la 68eme, lorsqu'Oblak était à terre et que les spectateurs voyaient déjà le Bayer prendre l'avantage. Mais il a trop tardé à tirer, permettant au gardien slovène de réaliser une double parade décisive.
Monsieur l'arbitre au rapport
M. Karasev a beaucoup laissé jouer lors de la première heure, avant de distribuer des cartons lorsque les contacts se sont faits plus vilains. Il aurait pu avertir Volland pour son mauvais geste en début de partie sur Godin, mais s'est laissé abuser en donnant le coup-franc à l'Allemand. Hormis cela, il a plutôt bien dirigé la partie.
La feuille de match
Huitièmes de finale retour de la Ligue des Champions / ATLÉTICO MADRID - BAYER LEVERKUSEN : 0-0

Stade Vicente Calderon (55 000 spectateurs environ)
Temps doux - pelouse excellente
Arbitre : M.Karasev (5)

But : aucun

Avertissements : Gimenez (66eme) et Gaitan (89eme) pour l'Atlético Madrid, Jedvaj (64eme) et Baumgartlinger (71eme) pour le Bayer Leverkusen

Expulsion : Aucune



Atlético Madrid
Oblak (8) - Vrsaljko (6), Godin (cap) (7), J. Gimenez (6), L. Hernandez (6) - Saul (5), Partey (7), Koke (6), Carrasco (4) puis Savic (71eme) - Correa (4) puis Gaitan (64eme), Griezmann (5)

N'ont pas participé : Moya (g), Juanfran, Cerci, Moreno, Fernando Torres
Entraîneur : D. Simeone



Bayer Leverkusen
Leno (cap)(7) - Hilbert (4), Jedvaj (4), Dragovic (3), Wendell (4) - Bellaravi (5), Baumgartlinger (4), Kampl (5), Brandt (5) puis Bailey (78eme) - J. Hernandez (3) puis Mehmedi (81eme), Volland (3) puis Aranguiz (88eme)

N'ont pas participé : Özcan (g), Da Costa, Yurchenko, Pohjanpalo
Entraîneur : T. Korkut

 
4 commentaires - Ligue des Champions (8eme de finale retour) : Sans forcer, l'Atlético Madrid écarte le Bayer Leverkusen de sa route
  • Et oui, Orange se plante. Mais que faire? Ah si c'était un match du PSG, pas de problème,il y eut 4 ou 5 articles dithyrambiques. Monaco premier au classement commence à trop faire de l'ombre au club préféré, en plus il passe en 1/4 de finale alors que le "Parisien" s'est vautré misérablement. Un conseil, si vous voulez revoir tous les buts, 7/7 (belge) ou Huffington post (fr) et bien d'autres vous en feront profité.

  • l'avantage d'avoir des arbitres intègres au contraire des arbitres allemands et des adversaires qui ne font pas de cinéma, quoique... pas comme les mauvais comédiens espagnols !
    n'est-ce-pas Infantino et Colina ????????????????? en fait, je parle de la victoire de Monaco - je ne fais pas référence à l'article qui ne correspond pas à la photo ! l'erreur est humaine, j'en conviens !

  • merci de mettre le bon article avec la bonne photo, c'est une honte de votre part. Deja,vous auriez fait un titre plus en vue si c'etait PSG qui avait battu city. bien tous les memes les journalistes

  • encore une preuve de l'incompétence des journalistes !! le resumé du match monaco manchester est remplacé par athletico leverkusen !! je sais bien que vous sous traitez mais verifier !! l

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]