Ramos le rebelle

Sergio Ramos ne veut pas se taire.

Sergio Ramos ne veut pas se taire.

Ecarté contre Manchester City en Ligue des champions, Sergio Ramos entretient des relations ombrageuses avec José Mourinho depuis janvier dernier et une altercation dans les vestiaires. Le torchon entre les deux hommes serait si brûlant que le défenseur du Real Madrid serait proche d'un départ cet hiver.

Sergio Ramos a raison d’être incontournable sur le terrain. Le défenseur champion du monde espagnol s’est en effet souvent confronté directement à un José Mourinho qui ne supporte pas que ses joueurs ne lui obéissent pas au doigt et à l’œil. Quant à la contradiction devant la presse, elle conduit à un passage sur le banc ou en tribunes. Sergio Ramos le sait pertinemment mais cela ne l’empêche pas d’exprimer, plus que d’autres, une opinion pas toujours en adéquation avec la ligne directrice édictée par son entraîneur.

"Je meurs avec mes idées et mes principes, s’il y a quelque chose qui ne me convient pas, pourquoi devrais-je me taire ? Personne ne peut douter de mon travail et de ma fidélité au club", a-t-il répété à l’issue du succès du Real face au Depor (5-1). Une rencontre qui l’avait vu évoluer sur le flanc droit de la défense en raison des indisponibilités d’Arbeloa et Essien. Un poste qui ne lui convient pas mais qu’il a occupé sans qu’il ne s’agisse d’une sanction, Varane, comme face à Manchester City, étant encore titularisé à sa place en défense centrale. Une rencontre au cours de laquelle, Ramos s’est distingué en portant le maillot d’Özil sous son propre maillot.

Ramos ne cèdera jamais

La presse y a immédiatement vu un signe de défiance envers son entraîneur puisque celui-ci avait sorti l’international allemand à la pause. Ramos répondra qu’il avait agi ainsi afin de lui dédier son premier but de la saison. Il devra rééditer cette opération puisqu’il n’a pas marqué… Au-delà de ce geste, et quelle que soit la signification derrière, « Mou » sait qu’il ne peut compter sur un soutien aveugle d’un joueur qui l’a déjà contredit, encore récemment puisque, après le revers à Séville où Mourinho avait critiqué les joueurs, Ramos avait répondu que le Real gagnait et perdait ensemble… On connaît la suite. De même dans le passé, après un duel perdu au Bernabeu face au Barça, l’entraîneur avait chargé ses joueurs, notamment les internationaux espagnols. Encore une, fois Ramos était monté au créneau, terminant son argumentaire en expliquant qu’il (Mourinho) ne pouvait pas comprendre, car il n’avait pas été joueur de haut niveau.

Cette saison, les premiers mauvais résultats ont replacé sur le devant de la scène des relations très tendues entre le Portugais et une partie de son vestiaire. Il n’empêche que tout ce petit monde est appelé à cohabiter et travailler dans le même sens. Le point d’inflexion avait eu lieu lors du succès in extremis en Ligue des champions face à Manchester City. Les victoires ont suivi et quand le club gagne, tout devient plus facile…

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !

dernier match
Le Sport sur votre mobile