Même eux n'en reviennent pas

Même eux n'en reviennent pas©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le mercredi 15 février 2017 à 06h57

Juste après leur festival contre le Barça mardi (4-0), les Parisiens avaient du mal à réaliser la portée de leur performance.

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL AU PARC DES PRINCES

 

« Tous les médias, tous les meilleurs analystes du monde : personne ne pouvait prévoir ça ». Aux anges, Nasser Al-Khelaïfi était comme en lévitation dans la zone mixte du Parc des Princes mardi soir. Quelques minutes auparavant, le PSG avait atomisé le FC Barcelone en huitième de finale aller (4-0) et s'était ouvert en grand les portes des quarts. Une performance inimaginable au coup d'envoi. Même si le président parisien, qui n'a pas boudé son plaisir et s'est exprimé longuement devant tous les micros qui se sont présentés à lui, a assuré « avoir eu un bon pressentiment » avant la rencontre. « J'avais senti quelque chose, en parlant avec les joueurs. Tout le monde a été magnifique. »

 

« Tout le monde avait le coeur sur la pointe des chaussures »

 

Ce sentiment de communion générale, des onze joueurs aux dirigeants en passant par un public au diapason, était partagée de tous. Marquinhos en premier lieu. « C'est un sentiment spécial, a-t-il soufflé. Ce n'est pas tous les jours que tu arrives à battre le Barça 4-0. On a pris beaucoup de plaisir ce soir (mardi). Quand tu vois Blaise Matuidi courir comme ça, Adrien Rabiot récupérer des ballons et défendre aussi haut, Verratti jouer... Il n'y a rien à dire. Tout le monde avait le même état d'esprit et avait le coeur sur la pointe des chaussures. » Cité à raison par le défenseur brésilien pour son abattage défensif et son activité incroyable, Matuidi mettait ses coéquipiers dans le même sac que lui. « On s'est senti pousser des ailes, a lâche celui qui était capitaine en l'absence de Thiago Silva. On a vu quatorze guerriers, des gens qui s'entraidaient. C'était une soirée incroyable. »

 

« Un cadeau pour tous les fans du PSG »

 

A tel point qu'Al-Khelaïfi s'est même permis une touche d'humour. « C'était fantastique. C'était la Saint-Valentin aujourd'hui, ce match est un cadeau pour tous les fans du PSG. Il y avait beaucoup de monde ce soir au Parc, certaines femmes ne devaient pas être contentes (rires), mais c'est un beau cadeau pour les supporters. C'est une soirée magnifique, une soirée parfaite. Pour nous, pour les supporters, pour les joueurs et le staff. » Seul Unai Emery était vraiment dans la retenue, celle du technicien qui se projetait déjà dans l'après. « La satisfaction de l'entraîneur est très éphémère. Dans le foot, que ça aille bien ou mal, ça passe. Il nous reste 90 minutes, il faut encore un rendement très fort pour se qualifier, et dimanche, il y a un autre match de championnat. Je vis les moments avec beaucoup d'intensité, j'essaie de les savourer, mais avec de l'équilibre. »

 

« Notre plus beau match depuis que je suis ici »

 

Les joueurs du PSG vivaient bien plus l'instant présent que leur entraîneur. « Il faut célébrer ce soir », a invité Marquinhos. « Je ne vous cache pas qu'on va savourer ce qu'on a fait », a enchainé Matuidi. Qui avait le sentiment d'avoir vécu un moment unique dans sa carrière parisienne. « Un match comme cela, ça n'arrive pas tous les jours. C'est notre plus beau match depuis que je suis ici. » Marco Verratti était dans la même veine que le vice-champion d'Europe 2016 avec les Bleus. « J'ai passé beaucoup de belles soirées ici, mais je vais me rappeler de celle-là pendant un moment. » Al-Khelaïfi était moins catégorique que ses troupes. « La dernière fois que j'ai dit ça après un match aller (Chelsea en 2014), nous avons été sortis au retour. C'est l'une des meilleures soirées, c'est sûr. Je sais que vous pensez que c'est la meilleure soirée, mais on n'est pas encore qualifiés. » Comme quoi, même en lévitation, le président du PSG n'avait rien perdu de sa lucidité mardi.

 
21 commentaires - Même eux n'en reviennent pas
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]