Ligue des Champions (Quarts de finale retour) : Bakayoko empereur du milieu, la jeune garde sur un nuage... Les notes de Monaco

Ligue des Champions (Quarts de finale retour) : Bakayoko empereur du milieu, la jeune garde sur un nuage... Les notes de Monaco©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le mercredi 19 avril 2017 à 23h04

En l'absence de Fabinho, Tiémoué Bakayoko a endossé le rôle du patron dans le milieu de Monaco mercredi contre le Borussia Dortmund (3-1). L'ASM a aussi pu compter sur ses jeunes Français en pleine réussite, comme Kylian Mbappé, Benjamin Mendy ou Thomas Lemar.

Le top (8) : Tiémoué Bakayoko
Sa sortie de balle depuis sa surface de réparation dès la première minute a donné le ton d'une prestation XXL. Le Franco-ivoirien donnait l'impression de plonger physiquement ces dernières semaines, il a retrouvé tout son volume de jeu au meilleur moment. Il a marché sur tout ce qui bougeait, gratté des ballons à foison et colmaté toutes les brèches. Bien conscient qu'il devait jouer comme un vrai libéro du milieu de terrain avec Joao Moutinho à ses côtés, il a rempli sa mission avec application et ne s'est pas perdu dans des courses inutiles. Cela a servi son jeu et son équipe. Le réel patron de l'entrejeu, c'était lui.
Danijel Subasic : 5
Cette fois, Danijel Subasic n'a pas coûté de but à son équipe. Mais ce n'est pas pour autant que le gardien croate a dégagé une immense sérénité. Un jeu au pied défaillant (7eme) et des prises de balle mal assurées (10eme, 66eme) ont fait passer un frisson dans les travées de Louis-II. Meilleur sur ses anticipations au sol (38eme) ou dans les airs (32eme), il a été sauvé par son poteau sur un coup-franc de Nuri Sahin (14eme). Une parade importante devant Pierre-Emerick Aubameyang (84eme).
Almamy Touré : 7
Autant Almamy Touré avait envoyé des signaux inquiétants depuis le début de son intérim à droite, autant il a tout balayé par la qualité de sa prestation du soir. Le latéral malien a réalisé maintes interventions décisives (33eme, 55eme), même si c'était parfois pour rattraper ses propres approximations, et son apport dans le jeu aérien s'est révélé précieux. Il s'est aussi illustré en phase offensive, avec des centres menaçants (12eme, 63eme), une passe qui aurait pu être décisive pour Kylian Mbappé (69eme) et une tête lobée cadrée (50eme). Omniprésent, tout simplement.
Kamil Glik : 5
Bien évidemment que Kamil Glik a fait parler sa puissance physique et son sens du duel, dans son rôle de patron de la défense monégasque. Mais le défenseur polonais a payé cher ses retards sur certaines situations, comme sur le but de Marco Reus (48eme). Pendant le premier quart d'heure, il avait souffert dans son affrontement direct avec Pierre-Emerick Aubameyang, qui l'avait énormément gêné par sa mobilité. Une faute évitable sur l'attaquant gabonais a provoqué un coup-franc qui a atterri sur le poteau (13eme).
Jemerson : 6
Dans un registre plus sobre que son partenaire de la charnière centrale, Jemerson était toujours bien placé et a joué le hors-jeu avec plein de bon sens. Il a amené la qualité dans la relance et la sérénité balle au pied qui manquent toujours chez Glik. Ce qu'il fait n'attire pas toujours la lumière, ce n'est pas pour ça qu'il n'est pas essentiel à la bonne santé du dispositif défensif.
Benjamin Mendy : 7
Benjamin Mendy progresse à chacune de ses sorties et sa première période monstrueuse a démontré qu'il avait franchi un cap. Le néo-international français a fait exploser les plans de Thomas Tuchel en dynamitant son couloir gauche. Une percée de trente mètres pour amener le premier but (3eme), un centre déposé pour Bernardo Silva (13eme) et un relais sur le deuxième but (17eme) : il avait tout fait à la perfection. Après la mi-temps, il s'est contenté de défendre, après avoir pris un vent sur une accélération d'Ousmane Dembélé (48eme). Il a mieux bloqué son côté par la suite.
Bernardo Silva : 5
S'il y en a un qui n'a pas toujours donné le sentiment de se mettre à la hauteur de l'événement, c'est Bernardo Silva. Il a trop souvent privilégié les initiatives personnelles et a mal négocié des situations. Il aurait dû appuyer une tête aux six mètres (13eme) et mieux gérer une belle occasion de contre (32eme). Symbole de ses difficultés, Leonardo Jardim ne l'a pas lâché d'une semelle et a éructé quand il a perdu un ballon sur la ligne médiane avant de commettre la faute à l'entrée de la surface (40eme). Mieux en fin de match quand il a fallu apporter une touche technique dans la conservation.
Joao Moutinho : 6
Joao Moutinho déçoit rarement quand Leonardo Jardim fait appel à lui et il en a encore fait la démonstration. Le milieu portugais a ramassé les miettes derrière Tiémoué Bakayoko et son expérience a fait du bien dans les temps faibles de l'ASM. De la justesse dans les premières transmissions et une faculté primordiale à mettre son équipe dans le sens du jeu.

 
Thomas Lemar : 7
Quand il est dans un bon soir, Thomas Lemar diffuse le sentiment d'être partout sur le terrain. Il n'a pas encore le bon d'ubiquité, et pourtant les joueurs du Borussia Dortmund ont dû se poser la question. Sans du déchet sur des dernières passes a priori faciles (43eme, 79eme), il aurait même exécuté la partition idéale. Parce qu'avec deux passes décisives de toute beauté pour Radamel Falcao (17eme) puis pour Valère Germain (81eme), il a livré un échantillon de son immense talent. D'autant que sa palette s'étoffe de match en match, tant son impact à la récupération est grandissant.
Radamel Falcao : 6
Radamel Falcao n'a plus les jambes de sa jeunesse, mais il garde ce flair du buteur qu'il n'égarera sans doute jamais. Sa tête plongeante après un appel dont il a secret avait tout du pur attaquant (17eme). Deux autres étaient bien plus compliquées et il n'a pu les cadres (12eme, 51eme). Il a aussi vendangé la balle de break à vouloir trop en faire (65eme). Discret dans le jeu, il a été remplacé par Nabil DIRAR (68eme), important dans son rôle pour définitivement serrer les boulons monégasques.
Kylian Mbappé : 7
Rien n'est donc impossible pour Kylian Mbappé. Buteur à chaque match depuis le début de la phase à élimination directe, la pépite de l'ASM n'a mis que 150 secondes à délivrer Louis-II (3eme). Juste dans tout ce qu'il a fait, comme sur ce dédoublement de Benjamin Mendy (13eme) ou l'avant-dernière passe sur le 2-0 (17eme), il a aidé les Monégasques à ressortir par son jeu dos au but et sa capacité à garder le ballon en position haute dans le camp adverse. Il aurait même mérité d'être davantage recherché par ses partenaires, tant il était tranchant dans ses appels et inspiré balle au pied. Chacune de ses accélérations a mis le feu dans la défense du BVB et il aurait pu s'offrir un doublé après un bel échange avec Almamy Touré (69eme). Remplacé par Valère GERMAIN (81eme), qui a plié le match trente secondes après.

 
2 commentaires - Ligue des Champions (Quarts de finale retour) : Bakayoko empereur du milieu, la jeune garde sur un nuage... Les notes de Monaco
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]