Ligue des Champions (Demi-finales aller) - Atlético Madrid : Voici pourquoi les Colchoneros ont toutes les raisons d'y croire contre le Real

Ligue des Champions (Demi-finales aller) - Atlético Madrid : Voici pourquoi les Colchoneros ont toutes les raisons d'y croire contre le Real©Media365
A lire aussi

Lucile Alard, publié le mardi 02 mai 2017 à 07h07

Difficile de ne pas voir le Real Madrid, deux fois bourreaux de l'Atlético en finale de C1 lors de ces trois dernières années, comme la bête noire des Colchoneros. Mais les hommes de Diego Simeone ont plein de bonnes raisons d'espérer.

Parce que l'Atlético ne court plus qu'un seul lièvre
Le calendrier de l'un est aussi chargé que celui de l'autre. Les deux sont dans un mano a mano avec une autre équipe en Liga. Mais quand le Real Madrid lutte face au Barça pour le titre, l'Atlético Madrid affronte Séville à distance dans la course à la troisième place. Depuis un moment déjà, les Colchoneros ont fait une croix sur le titre de champion d'Espagne. Ils ont bien sûr l'ambition de terminer sur le podium, mais une quatrième place leur assurerait tout de même un barrage de C1. Ce serait un moindre mal. Le Real, lui, ne peut pas se permettre de flancher face à son rival historique dans la course au titre. Et s'arracher, comme face à Valence ce week-end en Liga, lui coûte une précieuse énergie. L'Atlético a les moyens d'en profiter.

 
Parce que sa doublette française est en forme
Cinq matchs pour trois défaites et un nul. Entre novembre et décembre, l'Atlético a connu un vrai trou d'air en Liga. Antoine Griezmann est resté muet tout ce temps, tout sauf une coïncidence. Un seul but pour lui au cours de ces semaines en... Ligue des Champions. Les crocs du Français sont de plus en plus longs. Et la C1 aiguise encore un peu plus son sens du but. Le Tricolore a oublié cette mauvaise passe en championnat (sept buts lors des dix derniers matchs) mais, il a conservé ses standards sur la scène européenne toute la saison (cinq buts en dix matchs joués). Cette fin de saison est pour lui après ses deux échecs en finale l'an passé (C1 et Euro) et il aura l'occasion de le montrer au Bernabeu. L'autre bonne nouvelle pour l'Atlético, c'est le doublé de Kevin Gameiro ce week-end face à Las Palmas après neuf semaines passées entre mutisme et blessures.

 
Parce que cette fois, il y aura un match au Calderon
Une finale à San Siro, une autre à l'Estadio de la Luz. L'Atlético Madrid a perdu, en 2014 et 2016, deux finales de Ligue des Champions. Les deux face au Real Madrid. Alors affronter une nouvelle fois son voisin pourrait signifier les glas des ambitions pour l'Atlético. Mais cette double confrontation se jouera définitivement le 10 mai lors du match retour au stade Vicente-Calderon. Et dans son antre, l'Atlético est particulièrement redoutable en Coupe d'Europe. Sur cinq demi-finales, le club espagnol n'a jamais perdu (4 victoires, 1 défaite). Sous l'ère El Cholo, et cette fois-ci en C1, l'Atlético n'a perdu qu'une seule fois à domicile en 22 rencontres (face au Benfica en 2015, 1-2). Si le Real n'a pas fait la différence à l'aller, les coéquipiers d'Antoine Griezmann, poussés par des supporters en fusion, garderont toutes les cartes en mains. Surtout que ce derby sera le dernier de l'histoire à Calderon.

 
Parce que l'Atléti sait comment prendre la mesure du Real
On peut faire dire beaucoup de choses aux chiffres. Mais si vous prenez les derniers derbies entre les deux équipes, le constat est là : les homes de Diego Simeone savent comment s'y prendre face au Real. Depuis la finale perdue à Lisbonne en mai 2014 (exclue dans les comptes qui suivent), les deux écuries madrilènes se sont rencontrées 13 fois. Entre la Liga, la Coupe du Roi, la C1, la Supercoupe d'Espagne, les deux rivaux ne se quittent plus. Et l'Atlético est loin d'avoir un bilan ridicule. C'est même lui qui mène la danse lors de ces trois années avec cinq victoires contre trois pour son adversaire de ce mardi soir. Lors de leur dernière confrontation il y a un peu moins d'un mois, les deux clubs se sont quittés sur un nul au Santiago Bernabeu (1-1).

 
Parce que deux finales perdues, c'est autant de leçons d'apprises
« Le Real Madrid était meilleur parce qu'il a gagné, celui qui gagne est toujours le meilleur. » Voilà ce que disait Diego Simeone après la finale perdu aux tirs au but l'an passé. « Je n'ai pas pu donner au club ce qu'il voulait, poursuivait le coach argentin. Et c'est ce qui me fait le plus souffrir. » El Cholo est en poste depuis désormais six ans à l'Atlético. Cette année n'est peut-être pas la meilleure qu'a connue son équipe que ce soit en termes de jeu ou en termes de résultat. Mais le compétiteur bouillonnant reste le même. Impossible qu'il n'ait pas appris des deux échecs les plus douloureux de sa carrière d'entraîneur. Et cette frustration ne peut qu'être le meilleur moyen de motiver ses hommes mardi soir.

 

 
5 commentaires - Ligue des Champions (Demi-finales aller) - Atlético Madrid : Voici pourquoi les Colchoneros ont toutes les raisons d'y croire contre le Real
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]