Ligue des Champions (demi-finale aller) : Pour Kamil Glik, ce Monaco - Juventus est un duel à part

Ligue des Champions (demi-finale aller) : Pour Kamil Glik, ce Monaco - Juventus est un duel à part©Media365
A lire aussi

Lucile Alard, publié le lundi 01 mai 2017 à 16h30

Défenseur central de l'AS Monaco, Kamil Glik évoluait lors des cinq saisons précédentes au Torino. Au moment de retrouver la Juventus, rival de son ancien club, en demi-finales de la C1, le Polonais sait qu'il va vivre une rencontre particulièrement.

Il a allumé la mèche d'entrée. A peine quelques minutes après le tirage au sort des demi-finales de la Ligue des Champions qui annonçait une double confrontation entre la Juventus et Monaco, Kamil Glik a posté une photo qui signifiait beaucoup sur les réseaux sociaux. On le voit, sous le maillot du Torino, effectuer un tacle que ne renierait pas Pepe devant Emanuele Giaccherini lors d'un derby face à la Juve. Une belle manière de planter le décor. Même si Monaco ne doit pas espérer une issue similaire à ce match de Serie A en 2012 : le Polonais avait alors été logiquement expulsé par l'arbitre et son équipe, réduite à 10, avait pris une claque au Juventus Stadium (3-0). Quelques mois plus tard, pour le retour, Glik avait terminé la rencontre sur... un carton rouge à la 89eme.
Deux rouges face à la Juventus
Avoir pris la moitié de ses cartons rouges en carrière (quatre en tout) face à la Juve dit beaucoup de l'importance que revêt cette double confrontation pour Glik. Mais son but n'est pas de créer la polémique. « C'était juste une façon de me rappeler de mes années au Torino, expliquait-il ainsi lundi dans une interview accordée à La Gazzetta dello Sport. A 95%, ce sont de bons souvenirs. Je ne voulais pas envenimer le match, juste me souvenir de bons moments. » L'international polonais s'est forgé au Torino. Et s'est donc forcément forgé dans cet antagonisme face à la Juventus. Il l'a d'ailleurs reconnu en conférence de presse. « Jouer contre la Juve, c'est quelque chose de particulier pour moi. J'ai passé 5 ans au Torino où j'étais capitaine, ce sont donc forcément des matchs à part. »
Le club que le Polonais a le plus rencontré
La Vieille Dame est d'ailleurs l'équipe contre laquelle il a joué le plus de rencontres au cours de sa carrière professionnelle. Dix matchs en tout (dont un sous le maillot de Bari) pour une victoire et... neuf défaites. Parmi elles, quelques grosses claques, comme ce 4-0 encaissé en huitièmes de finale de la Coupe d'Italie ou ce 4-1 concédé en Série A alors qu'il portait le brassard de capitaine. Mais cette confrontation ne sera pas dans la même catégorie. Et si l'ASM fait figure d'invitée-surprise à ce stade de la compétition, elle a beaucoup plus d'arguments que le Torino. C'est d'ailleurs pour cela qu'il a quitté l'Italie : « J'ai choisi Monaco parce que mon rêve a toujours été de jouer la Ligue des Champions. Atteindre la demi-finale dès la première saison, ce n'est pas mal ».
Glik, une pige au Real
Mercredi soir, le Polonais de 29 ans débutera (sauf accident) le 9eme match de C1 de sa carrière. Tous joués cette saison. Sa pige au Real dans sa jeunesse (19 ans) ne lui avait pas permis de goûter aux joies de l'équipe 1 et encore moins au prestige du milieu de semaine. Mais cette déception - il retourne après une saison en Espagne entamer sa carrière professionnelle en Pologne, à Gliwice - ne l'a pas empêché de continuer à gravir les échelons. Dur sur l'homme, intraitable dans sa défense, capable d'aller marquer son petit but quand il le faut (huit réalisations cette saison, dont une égalisation bienvenue face à Toulouse en championnat samedi), il a été la très bonne pioche du Mercato d'été à Monaco. Découvrir la C1 ne l'a pas empêché d'être l'un des rouages indispensables de l'épopée de son club.
L'expérience parle pour les Italiens
Les défenseurs centraux de la Juve sont autrement plus expérimentés à ce niveau que lui. Que ce soit Chiellini (54 matchs de C1, 32 ans), Bonucci (45 matchs, 30 ans) ou Barzagli (37 matchs, 35 ans), tous ont bien plus l'habitude de ces joutes au sommet de l'Europe. Ce différentiel d'expérience est visible à tous les postes et cela donne forcément l'avantage à la Juve. « En théorie, la Juventus est favorite, a-t-il ainsi reconnu dans des propos rapportés par La Gazzetta dello Sport. Elle défend bien, elle attaque bien. C'est une équipe équilibrée. On doit se préparer pour ce match de manière à marquer des buts et à ne pas en encaisser. » Et même s'il a été plutôt adroit devant le but cette saison, il sera, lui, avant tout responsable de museler les attaquants adverses. Histoire de franchir un nouveau cap, personnel et collectif, avec ce Monaco qui n'a pas encore trouvé ses limites.

A voir aussi :
>>> Toutes les news de la C1
>>> L'équipe-type des Français de la Juve
 
0 commentaire - Ligue des Champions (demi-finale aller) : Pour Kamil Glik, ce Monaco - Juventus est un duel à part
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]