Les notes du PSG : Di Maria et Ibra dans le noir

Les notes du PSG : Di Maria et Ibra dans le noir©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le mardi 12 avril 2016 à 23h05

Passé à côté de leur sujet contre Manchester City (1-0), Angel Di Maria et Zlatan Ibrahimovic ont symbolisé la faillite collective du PSG en quart de finale retour de la Ligue des Champions. Même chose pour Serge Aurier. Les notes des Parisiens.

Angel Di Maria : 3
« Fideo » a été recruté l'été dernier pour plus de soixante millions d'euros pour faire franchir un cap au PSG dans les matchs couperets, ce ne sera pas pour cette saison. Passé à côté de sa double confrontation, il n'a été que l'ombre de lui-même sur la pelouse de l'Etihad Stadium. A l'envers dans tous ses choix et jamais précis dans ses initiatives techniques, il n'a pas connu plus de réussite sur ses coups de pied arrêtés. Et comme son impact supposé à la récupération ne s'est pas fait sentir, son zéro pointé a plombé le PSG sur 180 minutes. Un gros flop pour celui qui était censé détenir la clé du dernier carré.

Kevin Trapp : 4
Ses relances mal assurés en début de match ont empêché le PSG de sortir proprement du pressing intense de Manchester City, sur ce qui doit être l'un de ses points forts. Le gardien allemand a ensuite concédé un penalty sur une sortie kamikaze, avant de voir Sergio Agüero le mettre à côté (29eme). Peu sollicité dans le jeu, il a en revanche rassuré dans le domaine aérien. Il a été laissé abandon sur l'ouverture du score signée Kevin De Bruyne (76eme).

Serge Aurier : 3
Son duel perdu au corps-à-corps avec Sergio Agüero dès la troisième minute a donné le ton de son match. Hors du coup d'un bout à l'autre de la rencontre, en dépit d'initiatives vers l'avant intéressantes au cours du premier quart d'heure, l'international ivoirien a multiplié les pertes de balle qui auraient pu coûter cher (29eme, 36eme, 45eme). Elles n'ont débouché sur rien, mais elles ont mis en lumière son manque de rythme au très haut niveau et son manque d'adaptation à un poste dans une défense à trois qu'il avait déjà connu à Toulouse. L'ancien Lensois a vécu un cauchemar qui fera forcément ressurgir le spectre de son dérapage sur Periscope. Remplacé par PASTORE (61eme), qui a donné du liant tout en ayant du déchet dans le dernier geste.

Thiago Silva : 7
L'assurance tous risques de ce PSG-là. Le capitaine parisien a encore rendu une copie d'une propreté extrême dans tous les secteurs, même s'il aurait gagné à verticaliser le jeu sur sa première relance. « O Monstro » a remporté tous ses duels aériens, surgi régulièrement dans les pieds de ses adversaires et éteint la menace Sergio Agüero. Il est même passé tout près d'inscrire le premier but qui aurait tout changé d'une tête sur corner (65eme).

Manchester City's Kevin De Bruyne in action with PSG's Thiago Silva

Marquinhos : 6
En dehors d'une feinte de corps de Kevin De Bruyne dans laquelle il a croqué (23eme), le Brésilien s'est inscrit dans la lignée de son compatriote. Défenseur droit dans un système à trois, sentinelle puis défenseur central, il a brillé à tous les postes qu'il a occupés durant les 90 minutes. Il a affiché sa polyvalence et sa capacité à se mettre à la hauteur de l'événement, quel qu'il soit. Revendiquer davantage de temps de jeu avec ce niveau-là, ça relève de l'évidence.

Gregory van der Wiel : 5
D'abord positionné dans un rôle de latéral chargé d'animer tout le couloir droit, le Néerlandais s'est efforcé d'apporter le surnombre et à créer des décalages par ses appels. Le souci, c'est que jamais ses montées dans le camp adverse ont abouti sur un centre réussi. Son replacement plus bas après la sortie de Thiago Motta l'a aidé à mieux bloquer son couloir, sans que son apport en phase offensive n'en soit modifié. Encore un match en demi-teinte pour celui qui n'a pas fait assez pour convaincre ses dirigeants de prolonger un contrat qui prendra fin à l'issue de la saison.

Adrien Rabiot : 6
Voilà incontestablement le meilleur Parisien sur l'ensemble des deux rencontres. D'une activité débordante à la récupération et intéressant dans ses projections vers l'avant, même s'il a connu un déchet technique important dans ses transmissions. Il a compensé par son énergie, qui aurait mérité d'être communicative pour ses partenaires. Mais son élan n'a pas suffi à porter le PSG vers le dernier carré de la Ligue des Champions.

Thiago Motta : Non noté
Encore une fois, le métronome du jeu parisien a alterné le bon et le médiocre dans cette rencontre. Il s'est trouvé à l'origine des temps forts du PSG quand il est monté en régime, tout en montrant encore sa nonchalance et ses difficultés physiques pour tenir un haut niveau pendant toute la période. Une énième rechute aux ischio-jambiers l'a contraint à céder sa place avant même la pause. Remplacé par LUCAS (44eme).

Manchester City's Kevin De Bruyne in action with PSG's Thiago Motta

Lucas : 6
Entré à la place de THIAGO MOTTA (44eme). Ses accélérations tranchantes ont encore prouvé qu'il avait le pouvoir de s'engouffrer dans les brèches au cœur de la défense de Manchester City. Il a certes manqué de justesse une fois arrivé aux abords de la surface, mais il a secoué le cocotier parisien. La qualité de ses coups de pied arrêtés a aussi permis aux Parisiens de créer le danger dans la surface adverse.

Maxwell : 5
Du sérieux, peut-être même un peu trop. Comme à son habitude, l'ancien Barcelonais n'a que rarement été pris à défaut sur son côté et a étalé sa tranquillité. Mais il n'a pas suffisamment contraint son adversaire direct à défendre, ce qui était l'une des clés de la réussite du 3-5-2 mis en place par Laurent Blanc. Son repositionnement plus classique en seconde période n'a pas changé le constat, avec encore trop de frilosité.

Edinson Cavani : 4
Un copier-coller de sa prestation de la semaine dernière. Impliqué dans le repli défensif, à l'instar de son retour précieux à la 27eme minute, l'attaquant uruguayen s'est montré relativement à son avantage dans la construction du jeu. Surtout lors des vingt premières minutes, avant de rentrer dans le rang par la suite. Il a également manqué une opportunité qui aurait redonné espoir au PSG, en butant sur Joe Hart (80eme). Paris attend toujours son premier but en quart de finale de Ligue des Champions...

Zlatan Ibrahimovic : 3
Si le Suédois avait souhaité donner du grain à moudre à ses détracteurs, il ne serait pas pris autrement. Inexistant à part des décrochages bien sentis pour sortir son équipe de la pression durant le premier quart d'heure, Ibrahimovic a traversé cette rencontre sans donner le sentiment d'y être jamais entré. Seuls deux coups-francs surpuissants (17eme et 48eme) ont fait frissonner le public de l'Etihad Stadium. En dehors de ça, le néant, tout simplement. La Ligue des Champions lui a encore échappé, et il n'a rien fait pour inverser la courbe de son destin.

ZLATAN IBRAHIMOVIC (psg) - COLERE

 
21 commentaires - Les notes du PSG : Di Maria et Ibra dans le noir
  • Ibra les médias en font toute une histoire il est bon en L1 , mais au dessus il vaut rien , cela fait 4 ans et il n'a pas le respect de parler Français il y a des exemple de joueurs qui sont en France depuis quelques mois et font l'effort de dire quelques mots en Français; qu'il parte on sera débarassé

  • Après la grosse "déconfiture" super méritée du psQuatar, on pensait en avoir fini pour un petit moment avec cette équipe d'hyperfriqués-nuls et arrogants.. Et voilà que c'est reparti ....
    En HUMILIANT (et le mot n'est pas assez fort) la sympathique quipe de Troyes 9-0 (Honteux), ils se croyaient beaux et forts ces minables . NON, JAMAIS le ps-quatar ne'effleurera le coeur des FRANCAIS !

  • Di Maria et Ibra dans le noir !!!! Ils ont sodomisé Aurier ?


    cqfod

  • Forza L' O.M !!!!!!!!!!!!!!!!!! Mdr!!!!!! Bande de fifre.

  • L'argent ne fait pas tout c'est encore démontré avec la défaite du PSG.
    Il faut avoir envie de gagner , de mouiller le maillot au lieu de se prendre pour des Dieux.
    L'argent pourrit vraiment tout

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]